Routiers : les Français sur la touche, les étrangers sur la route

Les transporteurs routiers sont dans une colère noire. Prêts à « un puissant coup de force » comme bloquer les frontières si « la concurrence déloyale avec les routiers des pays de l’Est » ne cesse pas.

« L’Europe doit revoir sa copie sur le cabotage » insiste l’OTRE, l’organisation des transports routiers européens, antenne Bourgogne Franche-Comté.

Dans les textes, le cabotage routier est le droit donné par l’Union européenne à un transporteur européen non domicilié en France de réaliser trois livraisons de marchandises dans un délai de sept jours dans l’Hexagone à la suite d’un transport international à destination du territoire français.

« C’est pire que tout »

« Regardez sur les routes. Depuis le début de la crise sanitaire, les camions petits et gros des pays de l’Est, Pologne, Hongrie, Roumanie et d’ailleurs, pullulent », tempête François Mercier, le secrétaire général de l’OTRE. « En temps normal, ça nous agace mais là, c’est pire que tout »

Soutenue dans sa démarche par la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) et le syndicat Force ouvrière, l’organisation des transporteurs réclame la suspension pour six mois du cabotage « car à situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle ».

« Nos salariés sont en chômage partiel »

D’après l’OTRE, entre 50 et 80 % du parc des transporteurs ne roule pas. En raison de l’arrêt net de l’activité des entreprises et industries, depuis qu’un virus nommé Covid-19 est venu chambouler le paysage économique, le quotidien des citoyens, semer la mort et les détresses.

« Confrontés à la crise, nos salariés sont en chômage partiel. Dans le même temps, les routiers des pays de l’Est payés aux lance-pierres occupent le territoire, souvent en situation illégale au mépris de la loi », dénonce l’organisation des transporteurs.

« On marche sur la tête »

« Faute de contrôles , ils restent un mois, voire davantage sur le sol français pour y effectuer des livraisons de marchandises », assure François Mercier. « Nos impôts vont payer le chômage partiel des transporteurs français, tandis que le boulot dans l’Hexagone est donné aux routiers des pays de l’Est. On marche sur la tête. Comprenez qu’un chef d’entreprise qui a 60 camions ne tournant pas et n’engrangeant pas un sou de chiffre d’affaires soit à bout de nerfs. »

L’OTRE, qui a montré en décembre sa capacité de mobilisation lors d’une opération escargot sur l’A36 , n’exclut pas aujourd’hui « un puissant coup de force ». 

Un secteur en réelles difficultés

En réelles difficultés, fragilisé par la crise et subissant de plein fouet la désorganisation de l’économie, le secteur du transport routier de marchandises et de la logistique attend un ou des gestes de l’État.

Ainsi l’OTRE mêle sa voix à celles de la Fédération nationale des transports routiers (FNTR) et de l’Union des entreprises de transport et logistique de France (TLF) pour réclamer le report de la diminution du remboursement de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) de 2 centimes par litre au 1er  janvier 2022.

Un plan de soutien attendu

« Avec 70 % des entreprises aujourd’hui en arrêt total ou partiel de leur activité, le transport routier a besoin de marges de manœuvre fiscales et économiques fortes pour repartir », insiste la FNTR qui ajoute : « Il est maintenant indispensable de proposer un véritable plan de soutien du secteur pour accompagner les entreprises dans les mois à venir. »

En surtension sur certains secteurs comme le transport de marchandises alimentaires, en arrêt partiel ou total pour d’autres, la filière a dû s’adapter pour gérer une crise sans précédent. Le monde du transport est à cran.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s