Tous les articles par La rédaction

Routes du Québec: Bilan routier 2020

BILAN ROUTIER

Les bilans routiers annuels présentent les statistiques concernant le nombre de personnes accidentées sur la route au Québec au cours des 6 années qui précèdent. Entre autres, on y trouve les statistiques détaillées selon la nature des blessures, les types d’usagers de la route, les groupes d’âge et la région de l’accident.

BILAN ROUTIER 2020

En 2020, le nombre de personnes accidentées sur la route a connu une baisse importante comparativement à 2019. 

Voici les grandes lignes de ce bilan :

  • 340 personnes sont décédées sur nos routes, soit 9 de plus qu’en 2019; il s’agit toutefois d’une baisse de 2,2 % par rapport à la moyenne de 2015 à 2019. Le nombre de décès :
    • chez les 15 à 24 ans a diminué de 7,0 % par rapport à 2019
    • chez les 75 ans ou plus a diminué de 12,0 % par rapport à 2019
    • chez les motocyclistes a augmenté de 48,9 % par rapport à 2019
    • chez les piétons a diminué de 26,1 % par rapport à 2019
    • chez les cyclistes a augmenté de 75,0 % par rapport à 2019
  • 1 165 personnes ont été blessées gravement, soit 165 de moins qu’en 2019; il s’agit d’une baisse de 20,3 % par rapport à la moyenne de 2015 à 2019
  • 22 966 personnes ont été blessées légèrement, soit 10 461 de moins qu’en 2019; il s’agit d’une baisse de 33,9 % par rapport à la moyenne de 2015 à 2019

Pour en apprendre davantage, consultez le Bilan routier 2020 – Faits saillants (PDF, 491 Ko) et le Bilan routier 2020 – Annexes (PDF, 366 Ko).

CARTE INTERACTIVE

Explorer les statistiques du bilan routier 2020 sur une carte géographique.

[Arkansas-Tennessee] Le pont de I-40 qui traverse le fleuve Mississippi est fermé après que les inspecteurs ont trouvé une importante fissure


Le pont de l’Interstate 40 sur le fleuve Mississippi a été fermé après qu’une inspection de routine a découvert une fissure dans la partie inférieure de la poutre du pont.

Le département des transports du Tennessee et de l’Arkansas ont annoncés avec l’Interstate 55 comme un itinéraire alternatif.

Le pont sera fermé pendant tout le temps  que les équipes enquêteront davantage sur l’étendue de la fissure, puis répareront le problème, ce qui pourrait prendre un certain temps.

Le Tennessee et l’Arkansas partagent la responsabilité du pont. Le département des transports de l’Arkansas a découvert le problème lors d’une inspection de routine mardi et a immédiatement fermé le pont.

La circulation fluviale a également été interrompue jusqu’à nouvel ordre.

Source: https://bit.ly/33BOMcc


L’Express Du Midi fête ce mois-ci ses 40 ans! Tout ce que tu dois savoir sur cette entreprise avec à sa tête Pierre Aubin est dans cet article



C’est en Mai 1981 que Pierre Aubin décide de faire le grand saut et de fonder sa propre entreprise de transport. Située à Ville Sainte-Catherine sur le rive-sud de Montréal, L’Express du Midi Inc. n’a qu’un seul client à l’époque. Au fils des ans, les entreprises n’hésitent pas à confier leurs besoins en transport à ce jeune entrepreneur dynamique et fonceur. Un service alliant compétence, efficacité et rapidité, est assurément un gage de succès.

L’embauche d’employés ayant une expérience solide dans le transport et le réinvestissement en équipement et les infrastructures contribue à son expansion. Un seul objectif, offrir un transport de qualité pour tous les clients.

Aujourd’hui, L’Express du Midi affiche une solide réputation dans le domaine et offre avec ses partenaires affiliés une gamme complète des services en transport, en entreposage et en logistique.

Décès de Serge Bouchard: photos, vidéos et plusieurs hommages

Décès de Serge Bouchard: photos, vidéos et plusieurs hommages. Serge Bouchard naît le 27 juillet 1947 sur la rue Saint-Dominique à Montréal près du marché Jean-Talon dans le quartier de la Petite Italie. À l’âge de deux ans, sa famille déménage dans Pointe-aux-Trembles, alors une municipalité distincte de Montréal, un milieu ouvrier matériellement démuni. La famille est composée de quatre enfants: Ronald, l’aîné, sa sœur Christiane, lui et son frère cadet Michel[1]. Il fait son cours classique au Collège Mont-Saint-Louis de 1959 à 1967[2].


Une voix douce et réconfortante ne se fera plus entendre le dimanche soir.





Brian Piern nommé Chef des affaires commerciales (CCO) chez Lion Électrique

La Compagnie Électrique Lion, un fabricant de premier plan de véhicules urbains de poids moyens et lourds entièrement électriques, a annoncé aujourd’hui la nomination de Brian Piern au poste de Chef des affaires commerciales (CCO), à compter du 7 juin 2021. À ce titre, M. Piern guidera Lion vers la prochaine étape de sa croissance en développant de nouveaux marchés et en s’appuyant sur les relations de longue date avec les clients existants. Celui-ci contribuera à développer de nouveaux comptes et à augmenter les parts de marchés de Lion. Il se rapportera à Marc Bedard, Président et fondateur.

Brian Piern (Groupe CNW/La Compagnie Électrique Lion)



« Nous sommes ravis d’accueillir Brian dans la famille Lion à un moment si excitant de l’histoire de l’entreprise, » a dit Marc Bédard. « L’expérience de Brian à faire croître les ventes dans les secteurs des technologies et de la logistique de flottes zéro émission sera une addition précieuse à l’équipe de haute direction de Lion, alors que nous élargissons notre présence et augmentons notre volume de ventes à travers l’Amérique du Nord. Nous en sommes à un point crucial dans l’adoption des véhicules lourds électriques et nous sommes confiants qu’avec le leadership de Brian, Lion demeurera à l’avant-plan de l’industrie des transports zéro émission. »

M. Piern était jusqu’à maintenant Vice-président, Ventes et marketing chez XL Fleet Corp., où il a dirigé le développement de l’équipe commerciale de l’entreprise. Avant d’occuper ce poste, il a été Vice-président sénior des ventes chez Element Fleet Management et occupait précédemment la même position chez GE Capital, menant le développement et l’exécution de stratégies de ventes de plusieurs millions de dollars. Il a aussi occupé des postes séniors chez Schneider National, Lockheed Martin, et Citicorp. M. Piern détient un baccalauréat ès sciences en marketing de l’Université Towson au Maryland, et une maîtrise en administration des affaires spécialisée en marketing de l’Université de Phoenix.

Décès d’un camionneur en juillet 2019 à Trois-Rivières (les circonstances relevées)


Radio-Canada a mentionné que le camion à benne de M. L’Heureux se trouvait sous un fil électrique au moment où il s’est mis à déverser de la pierre entre les rails. L’échelle de la benne est alors entrée en contact avec l’une des phases de la ligne électrique triphasée sous tension. 

Le camionneur du Groupe Neault est alors sorti de sa cabine, s’est éloigné du camion, puis s’est rapproché en touchant la barre d’embarquement qui était alors sous tension. C’est donc à ce moment qu’il a reçu la décharge électrique et s’est effondré. L’homme est décédé quelques jours plus tard.

Tigre Géant veut ajouter une quarantaine de magasins au pays


La chaîne de magasins Tigre Géant a l’intention d’étendre son empreinte, alors que la demande pour les produits à prix réduit augmente pendant la pandémie.


La Presse Canadienne

Le détaillant prévoit de porter son nombre de magasins à 300 dans tout le pays, alors qu’il en compte actuellement 259, et investit dans des mises à niveau tant pour ses activités de commerce électronique que pour ses magasins physiques.

« Notre couverture de magasins de briques et de mortier au pays affiche toujours un certain retard », a observé Paul Wood, qui a été nommé l’automne dernier président et chef de la direction de Tigre Géant. 

Mais la société sera sélective en ce qui concerne les emplacements où elle compte ouvrir de nouveaux magasins, a-t-il précisé. 

« En tant qu’entreprise privée, nous prenons nos décisions en fonction de ce qui est le mieux pour la rentabilité et le succès à long terme de l’entreprise », a expliqué M. Wood. « Le nombre absolu (de magasins) que nous ouvrons au cours d’une année donnée est dicté par les occasions, sans égard à un objectif précis. » 

Des observateurs de l’industrie estiment que Tigre Géant occupe un créneau idéal parmi ses concurrents, en proposant des établissements plus conviviaux que ceux des magasins entrepôts, avec une offre de produits plus vaste que celle des magasins à un dollar.

Selon eux, le format et la gamme de produits des magasins sont particulièrement attrayants pour les consommateurs pendant la pandémie, alors que de nombreux consommateurs cherchent à économiser de l’argent. 

« Ils ont une échelle de prix intéressante, qui est supérieure à celle de Dollarama, mais inférieure à celle de Walmart », a souligné l’analyste de détail Bruce Winder. 

Le détaillant a également réussi à survivre à de nombreux autres magasins à bas prix canadiens qui ont fait que passer, tels que Bargain Harold’s et BiWay. 

« Il y avait autrefois quelques chaînes qui offraient ce niveau de prix intermédiaire — appelons-le 10 $ et plus —, et Tigre Géant semble avoir un monopole dans ce domaine maintenant », a poursuivi M. Winder. 

Sur les rues principales 

Le premier magasin du détaillant a été ouvert par le fondateur Gordon Reid dans le marché By d’Ottawa, en 1961. Tigre Géant compte aujourd’hui environ 10 000 employés et son chiffre d’affaires annuel a dépassé le cap des 2 milliards en 2018.

Ornés de leurs affiches d’un jaune vif surmontées d’une tête de tigre et d’une feuille d’érable rouge, ses magasins se trouvent généralement dans les banlieues et les petites villes, sur les rues principales. 

« Ils ne se trouvent généralement pas dans des endroits où il y a beaucoup de concurrence », a observé Lisa Hutcheson, associée directrice de la société de conseil J. C. Williams Group. « Je les vois sur des marchés où ils seraient l’un des seuls acteurs de ces communautés. » 

Cela joue un rôle dans l’image de la marque, a-t-elle fait valoir. 

« Ils ont toujours été axés sur la communauté, la famille et les économies des Canadiens et je pense qu’ils ne se sont jamais vraiment éloignés de cela. »

Même si le détaillant a toujours été un incontournable des détaillants dans les petites villes du Canada, M. Wood a indiqué que cela devrait changer. 

« Ces dernières années, nous avons continué à nous développer sur certains marchés assez typiques », a-t-il expliqué. « Nous sommes dans le même nœud commercial que nos principaux concurrents […] Walmart se trouve à moins de cinq kilomètres de nos magasins dans 90 % de nos marchés. » 

Environ 100 des magasins de la chaîne sont des propriétés de l’entreprise, un nombre que Tigre Géant espère réduire. 

« En fin de compte, nous aimerions que nos magasins soient détenus et exploités localement par des propriétaires de franchises. Mais en raison du roulement naturel de l’ouverture de nouveaux magasins et des personnes qui prennent leur retraite et revendent des magasins, nous avons plusieurs magasins corporatifs que nous sommes en train de préparer à être franchisés », a poursuivi M. Wood.

Parallèlement, Tigre Géant a récemment reconfiguré sa chaîne d’approvisionnement et son réseau de commerce électronique. En 2018, le détaillant a ouvert un nouveau centre de distribution de 55 741 mètres carrés à Johnstown, en Ontario. 

L’un des attraits de Tigre Géant est sa gamme de produits — un assortiment de produits d’épicerie, d’articles ménagers, de vêtements, de produits de beauté, d’équipement de plein air et de jouets et jeux pour enfants. 

« C’est comme un grand magasin à petit prix », a souligné Mme Hutcheson. « On peut, en quelque sorte, trouver n’importe quoi là-bas. » 

C’est la catégorie des produits d’épicerie qui a donné à Tigre Géant le statut de vente au détail essentiel convoité pendant certaines périodes de la pandémie de COVID-19, permettant aux magasins de rester ouverts tout au long des confinements.

Un alligator de 10 pieds cause un grave accident sur une autoroute du Texas

Un conducteur a rencontré un barrage routier inhabituel sur une route sombre du Texas, heurtant sans attente un alligator de 300 livres au milieu de la chaussée.

Le conducteur a subi des blessures mineures après avoir heurté l’alligator de 10 pieds et 3 pouces sur le Grand Parkway (SH-99) dans le comté d’East Montgomery, au Texas.

L’accident s’est produit alors que le conducteur roulait en direction est sur l’autoroute à 3 h 15 le 6 mai dernier.

« Ajout à la liste de choses rarement vues lors d’une patrouille dans le comté de Montgomery, au Texas: un accident de véhicule  impliquant un alligator de 10 pieds », a déclaré le bureau du shérif du comté de Montgomery dans un message Facebook.

Le bureau du shérif a également partagé des photos de l’alligator alors qu’il était transporté loin de la scène à l’arrière d’une remorque.

Source: https://bit.ly/3eC4rPf

Projet d’expansion des activités de Google au Québec – Futur centre de données informatiques à Beauharnois

Le gouvernement du Québec se réjouit de l’annonce de la multinationale Google soulignant son intention d’acquérir un terrain à Beauharnois et de réaliser ses projets de croissance au Québec, qui entraîneront un investissement potentiel de 600 millions de dollars américains, soit environ 735 millions de dollars canadiens, pour l’implantation d’un centre de données informatiques à Beauharnois. Une fois que le projet proposé démarrera, il est estimé que cet investissement potentiel créera près de 30 emplois spécialisés et bien rémunérés lors de la phase d’exploitation.

Afin de rendre possible cette initiative et de répondre aux besoins spécifiques liés à la future construction et à l’exploitation d’un tel centre de données, le gouvernement a procédé à l’exclusion de la zone agricole de terrains représentant une superficie de 62,4 hectares et appartenant à Hydro-Québec. 

Des mesures de compensation sont prévues pour atténuer les répercussions de ce projet sur le territoire et les activités agricoles. Elles découlent d’engagements convenus avec l’Union des producteurs agricoles (UPA) et la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Ainsi, une superficie équivalente de terrains hors zone agricole appartenant à Hydro-Québec, et voisine aux terrains qu’achètera Google, sera incluse dans la zone agricole pour ensuite être cédée ou confiée à long terme à la Fiducie agricole UPA-Fondaction pour soutenir ses activités visant notamment à préserver le patrimoine agricole québécois.

De plus, le gouvernement du Québec attribuera une contribution financière non remboursable de 3,54 millions de dollars à la Fiducie agricole UPA-Fondaction pour favoriser le démarrage de ses activités. Une aide financière non remboursable de 2,7 millions de dollars sera également versée à la CMM pour assurer la mise en œuvre du Parc métropolitain agricole.

Par ailleurs, afin de souligner l’importance et la pérennité de ses relations avec l’UPA, Hydro-Québec cédera à la Fiducie agricole UPA-Fondaction un terrain d’environ 150 hectares situé à Saint-Stanislas-de-Kostka, dans la région de la Montérégie. Celui-ci permettra d’appuyer le démarrage des activités de la Fiducie.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon, en a fait l’annonce aujourd’hui en compagnie du ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable des régions de la Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec, M. André Lamontagne, du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable des régions de la Côte-Nord et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, M. Jonatan Julien, et du député de Beauharnois et adjoint parlementaire du ministre des Transports, M. Claude Reid.

Citations :

« Je suis très fier d’annoncer aujourd’hui un futur projet d’envergure pour la région. Il est estimé que le centre de données génèrera ici, à Beauharnois, des emplois bien rémunérés, et ce, lors de la construction et dès la première phase du projet. L’expansion des activités d’une entreprise de l’envergure de Google au Québec confirme notre statut de pôle technologique parmi les plus dynamiques et les plus verts au monde. »

Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation

« La protection du territoire agricole est très importante pour le gouvernement du Québec. Les mesures mises en place pour atténuer les répercussions du projet sur la zone agricole sont sans précédent et témoignent de notre engagement envers la préservation du territoire agricole, qui est à la source de notre autonomie alimentaire et de la vitalité de nos régions. Avec cette entente, c’est le Québec tout entier qui en sort gagnant. »

André Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et ministre responsable des régions de la Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec

« L’annonce d’aujourd’hui confirme la capacité du Québec d’attirer des acteurs de classe mondiale dans la nouvelle économie grâce à son énergie propre, renouvelable et abordable. L’implantation de Google entraînera des investissements majeurs, qui permettront de créer de la richesse au Québec, au bénéfice de l’ensemble de la collectivité. »

Jonatan Julien, ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable des régions de la Côte-Nord et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine 

« L’idée d’accueillir la multinationale Google et de participer à leurs projets futurs dans Beauharnois suscite une grande mobilisation des acteurs locaux. C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous faisons aujourd’hui ce pas de plus pour concrétiser cette initiative d’avenir et revitaliser l’économie régionale, et ce, tout en préservant le dynamisme des activités agricoles dans notre circonscription. »

Claude Reid, député de Beauharnois et adjoint parlementaire du ministre des Transports 

« Nous sommes très heureux que Google choisisse l’énergie propre du Québec pour l’aider à atteindre son objectif d’exploiter l’ensemble de ses activités à partir d’énergie renouvelable d’ici 2030. Il s’agit d’une reconnaissance significative du rôle que peut jouer notre énergie dans la décarbonation du continent. »

Sophie Brochu, présidente-directrice générale d’Hydro-Québec

« L’évolution de ce projet est une excellente nouvelle pour notre ville. Depuis quelques années, nous travaillons avec le promoteur pour pouvoir répondre à ses besoins sans effets négatifs pour notre population. La venue de Google à Beauharnois permettra de consolider le développement de notre parc industriel et de travailler à la création d’un pôle technologique en données. »

Bruno Tremblay, maire de la Ville de Beauharnois

« L’entente annoncée avec la Fiducie agricole UPA-Fondaction, en marge de ce projet, est importante pour l’UPA. La mission de la Fiducie est de préserver la vocation des terres agricoles au Québec en vue, notamment, de soutenir les projets d’établissement de la relève agricole. Nous sommes devant une situation exceptionnelle, où pour une première fois, le gouvernement reconnaît de façon concrète la nécessité de maintenir les superficies de notre zone agricole en compensant les pertes de territoire agricole. Augmenter notre autonomie alimentaire ne pourra se faire sans préserver, voire augmenter, nos superficies en culture au Québec. »

Marcel Groleau, président-directeur général de l’UPA

« Montréal International accompagne les diverses branches d’affaires de Google présentes dans le grand Montréal depuis plusieurs années. Le futur projet de centre de données prouve qu’en plus de notre talent créatif et innovant, les 82 municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal offrent un environnement propice au développement de nouvelles technologies et de nouveaux savoir-faire qui permettent de réduire notre empreinte carbone. »

Stéphane Paquet, président-directeur général de Montréal International

Faits saillants :

  • La Fiducie agricole UPA-Fondaction vise à faciliter l’accès de la relève à des terres agricoles ainsi qu’à préserver le patrimoine agricole québécois, notamment en retirant du marché spéculatif des terres agricoles acquises et en assurant leur conservation et le maintien de leur vocation agricole. 
  • Le Parc métropolitain agricole, qui s’inscrit dans le cadre de l’entente de principe conclue entre la CMM, l’UPA et la CDPQ Infra, vise à assurer la vocation et la pérennité du territoire agricole métropolitain. Il stimulera la réalisation de projets démontrant les bonnes pratiques et l’innovation en matière d’agriculture périurbaine. De plus, il permettra le rapprochement des communautés urbaines et rurales en favorisant l’accès du grand public aux terres agricoles et sa participation à des activités éducatives. 
  • L’entreprise Google est présente au Québec depuis 2004. Ses bureaux de Montréal pourront compter jusqu’à 1 000 employés, lesquels seront répartis au sein de trois unités d’affaires : Chrome, Cloud et IA. Récemment, l’entreprise s’est d’ailleurs engagée à faire de Montréal l’un de ses trois principaux bureaux au Canada. 
  • Le 28 avril 2021, le gouvernement a adopté le décret no 599-2021 concernant l’exclusion de la zone agricole des lots ou de parties de lots requis aux fins de l’implantation d’un centre de données informatiques sur des terrains appartenant à Hydro-Québec et visés par le dossier numéro 420388 de la Commission de protection du territoire agricole du Québec relatif à la demande de la Ville de Beauharnois. 
  • Les engagements pris par les diverses parties pour compenser les répercussions du projet sur le territoire et les activités agricoles et, par ailleurs, permettre sa réalisation sont consignés dans un document conclu entre le gouvernement, l’UPA et la CMM et intitulé « Principes convenus visant à atténuer les impacts sur le territoire et les activités agricoles de la réalisation d’un projet de centre de données informatiques à Beauharnois sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal et à soutenir le démarrage de la Fiducie agricole UPA-Fondaction ».


Le variant B.1.617 découvert en Inde classé comme «préoccupant» par l’OMS

Agence France Presse 

Le variant du virus de la COVID-19 découvert en Inde, le B.1.617, a été classé comme «préoccupant», a annoncé lundi l’Organisation mondiale de la santé, notamment parce qu’il est plus contagieux.

«Il y a des informations selon lesquelles le B.1.617 est plus contagieux», mais aussi des éléments permettent de penser qu’il présente un degré de résistance aux vaccins, et «par conséquent nous le classons en variant préoccupant au niveau mondial», a déclaré la docteure Maria Van Kerkhove, responsable technique de la lutte contre le Covid-19 au sein de l’OMS.

La scientifique a expliqué que plus de détails seront publiés mardi dans le rapport épidémiologique hebdomadaire de l’agence onusienne, mais qu’il restait beaucoup de recherches à mener sur ce variant, notamment par le biais d’un séquençage accru, «pour savoir quelle quantité de ce virus circule», mais aussi le degré de «sévérité» avec lequel il atténue l’efficacité des vaccins.

«Nous n’avons rien qui suggère pour le moment que nos diagnostics, nos médicaments et nos vaccins ne marchent pas. Et ça, c’est important», a-t-elle souligné, insistant sur le fait qu’il faut continuer à appliquer les mesures sanitaires comme la distanciation sociale, le port du masque, la réduction des contacts, etc. 

«Nous allons continuer à voir des variants préoccupants et il faut faire tout ce qui est possible pour limiter la transmission, limiter les infections, prévenir la contagion et réduire la gravité de la maladie», a-t-elle insisté.

Ce variant est l’une des raisons -mais loin d’être la seule- qui explique l’explosion de la pandémie en Inde et le pire foyer de la pandémie dans le monde à l’heure actuelle.

Selon les statistiques officielles, quelque 4000 personnes meurent actuellement chaque jour de la COVID-19 en Inde, où le bilan total de l’épidémie frôle les 250 000 décès.

Nombre d’experts jugent ces chiffres inférieurs à la réalité, citant notamment des données provenant des crématoriums.

Les victimes non comptabilisées sont particulièrement nombreuses maintenant que l’actuelle flambée épidémique s’est répandue hors des grandes villes, dans les zones rurales où les hôpitaux sont rares et tiennent peu à jour leurs registres.