Tous les articles par La rédaction

[l’ASFC] élimine la politique provisoire de révision pour les transporteurs routiers

L’Alliance canadienne du camionnage (ACC) a été informée par l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) que le projet pilote de redressement des camions pour les principales infractions liées aux renseignements commerciaux avancés (ACI) sera supprimé à tous les points d’entrée par voie routière le 2 novembre 2020.

La politique de retour des camions a été mise en place pour la première fois dans le cadre d’un effort de collaboration de l’ASFC et de l’ACC en 2017, en raison de la fréquence et de la gravité des sanctions administratives pécuniaires (SAP) imposées par l’ASFC aux transporteurs qui traversent la frontière. Le projet a permis aux transporteurs d’éviter des sanctions pécuniaires coûteuses en lien avec la soumission de données ACI non conformes en permettant à un chauffeur de camion de retourner aux États-Unis et de soumettre de nouveaux documents avant d’entrer au Canada.

Depuis que la politique a été mise en œuvre pour la première fois, l’ASFC et l’ACC ont travaillé conjointement pour répondre aux préoccupations concernant la conformité et aux problèmes avec le régime de SAP exprimés par les transporteurs partout au pays. Pendant ce temps, les niveaux de conformité dans l’industrie ont continué d’augmenter, l’ASFC mettant en œuvre des mesures supplémentaires et menant des activités de sensibilisation approfondies pour mieux éduquer et travailler avec les transporteurs, avant que des sanctions pécuniaires ne soient imposées.

L’ASFC croit qu’elle a apporté les changements nécessaires à son cadre de conformité pour répondre aux préoccupations exprimées par l’industrie du camionnage, y compris l’examen des sanctions et une sensibilisation accrue sur les questions de conformité, afin de traiter efficacement la minorité de transporteurs qui ont des problèmes récurrents. L’Alliance continuera de travailler avec l’ASFC au cours des prochains mois pour suivre l’approche de l’ASFC afin de s’assurer qu’une diminution de la conformité ou l’imposition injustifiée de sanctions par l’agence ne deviennent pas un problème récurrent.

« L’ACC a des préoccupations importantes concernant la suppression de cette politique – en particulier pendant la pandémie et avec les restrictions frontalières actuelles en place », déclare Lak Shoan, directeur des programmes de politique et de sensibilisation de l’industrie à l’ACC. L’Alliance canadienne du camionnage reconnaît le travail accompli par l’ASFC son écoute de l’industrie et son approche afin de traiter plus efficacement l’émission des SAP. L’ACC suivra la situation en novembre et les mois suivants pour s’assurer que les transporteurs ne soient pas indûment pénalisés comme c’était le cas avant la mise en place de la politique de retour des camions.

« Le défi qui se présente sera de veiller à ce que le cadre mis en place par l’ASFC demeure cohérent, équitable et non punitif dans son approche. Jusqu’à présent, les résultats ont été positifs. Nous sommes encouragés à l’idée de poursuivre notre travail avec l’ASFC afin d’assurer des niveaux élevés de conformité à l’avenir ».

L’Alliance et l’ASFC ont l’intention de se rencontrer régulièrement pour discuter de la conformité et de toute préoccupation récurrente au cours des prochains mois. Des problèmes tels que des niveaux de sanctions pécuniaires excessifs; comment le système des SAP a un impact négatif sur les transporteurs à volume élevé et les transporteurs de type « LTL »; et la responsabilité des autres partenaires de la chaîne d’approvisionnement pour assurer la conformité, parmi un certain nombre d’autres questions, continueront d’être des sujets de discussion.

Assez discutable comme transport…

Un motorisé de 38 pieds a été aperçu transporté d’une manière inhabituelle sur une autoroute du Kansas.

Une photo montrant le motorisé tiré par un VUS avec une remorque attachée a été publiée sur la page Facebook de Central RV la semaine dernière.

Le conducteur semble avoir été arrêté par les autorités qui inspectaient les véhicules.

La police ne sait pas comment les roues arrière de la remorque ont résisté, Il y a facilement 8 000 livres sur cet essieu arrière»

La suite (en anglais) https://bit.ly/37Ie6AK

Record de 80 000 nouveaux cas de COVID-19 en 24h aux États-Unis


Les États-Unis ont battu vendredi leur record du nombre de nouvelles contaminations de COVID-19 enregistrées en 24 heures, avec près de 80 000 nouveaux cas, selon les données actualisées en continu de l’université Johns Hopkins, qui fait référence.

Agence France Presse

Entre 20h30 jeudi et la même heure vendredi, 79 963 contaminations ont été recensées, portant le nombre total de cas depuis le début de la pandémie à près de 8,5 millions dans le pays.

Les États-Unis avaient déjà flirté avec la barre des 80 000 cas journaliers durant le mois de juillet, notamment à cause des nouvelles contaminations dans des États du Sud comme le Texas ou la Floride, où le virus était alors hors de contrôle.

Actuellement, c’est dans le Nord et le Midwest que l’on trouve les pires flambées, et quelque 35 États sur 50 connaissent une augmentation du nombre de cas.

Le nombre de morts sur 24 heures reste lui globalement stable depuis le début de l’automne, avec entre 700 et 800 décès. Plus de 223 000 personnes sont mortes de la COVID-19 dans le pays.

En valeur absolue, les États-Unis sont le pays le plus endeuillé au monde par la pandémie, mais pas en valeur relative. Le port du masque, qui, s’il était généralisé, pourrait éviter 130 000 morts supplémentaires selon une étude, y est devenu un sujet de dispute politique.

Le président Donald Trump, très critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire et qui ne cesse de remettre en question la dangerosité du virus, a promis l’arrivée imminente d’un vaccin, qu’il veut gratuit.

Son adversaire démocrate Joe Biden a également promis vendredi que le vaccin serait «gratuit pour tout le monde» s’il remportait l’élection présidentielle du 3 novembre.

Construction du nouveau pont de l’île d’Orléans


Le pont de l’Île-d’Orléans est le lien routier qui relie l’île à la rive nord du fleuve Saint-Laurent. En moyenne, près de 12 000 véhicules l’empruntent chaque jour, et ce nombre augmente à 15 000 pendant l’été.

Le pont actuel, mis en service en 1935, ne répond pas aux exigences actuelles (voies étroites, accotements inexistants, limites de charge, etc.) et arrive à la fin de sa vie utile. Ainsi, le gouvernement du Québec a décidé, en 2015, de construire un nouveau pont à haubans pour assurer la desserte de l’île d’Orléans.

Le remplacement du pont permettra :

  • de maintenir une desserte en transport fonctionnelle et sécuritaire pour tous les usagers;
  • d’assurer la mise aux normes du lien interrives;
  • de contribuer à l’accessibilité et à la vitalité économique de la MRC de L’Île-d’Orléans et de la région de Québec;
  • de maintenir le bon fonctionnement des activités agricoles et touristiques sur l’île;
  • de permettre des déplacements plus sécuritaires à vélo et à pied.

Les travaux préparatoires débuteront en 2022 et le nouveau pont sera mis en service à la fin de 2027.

Construction du nouveau pont de l’île d’Orléans


Le pont de l’Île-d’Orléans est le lien routier qui relie l’île à la rive nord du fleuve Saint-Laurent. En moyenne, près de 12 000 véhicules l’empruntent chaque jour, et ce nombre augmente à 15 000 pendant l’été.

Le pont actuel, mis en service en 1935, ne répond pas aux exigences actuelles (voies étroites, accotements inexistants, limites de charge, etc.) et arrive à la fin de sa vie utile. Ainsi, le gouvernement du Québec a décidé, en 2015, de construire un nouveau pont à haubans pour assurer la desserte de l’île d’Orléans.

Le remplacement du pont permettra :

  • de maintenir une desserte en transport fonctionnelle et sécuritaire pour tous les usagers;
  • d’assurer la mise aux normes du lien interrives;
  • de contribuer à l’accessibilité et à la vitalité économique de la MRC de L’Île-d’Orléans et de la région de Québec;
  • de maintenir le bon fonctionnement des activités agricoles et touristiques sur l’île;
  • de permettre des déplacements plus sécuritaires à vélo et à pied.

Quels médicaments peuvent vous coûter votre permis de camionneur?

En tant que routier, votre permis de conduire commercial (classe 1) est votre gagne-pain, il est donc important de savoir quelles drogues – légales et illégales – peuvent mettre votre carrière en péril.

Traduit de CDLLIFE

Drogues illégales

Le département américain des transports exige que les camionneurs passent des tests de dépistage de drogues préalables à l’emploi qui recherchent les substances suivantes:

On parle des réglementations AMÉRICAINE.

Marijuana

Cocaïne

Amphétamines (amphétamine, méthamphétamine, MDMA, MDA)

Opioïdes (codéine, morphine, héroïne, hydrocodone, hydromorphone, oxycodone, oxymorphone)

Phencyclidine (PCP)

Si votre test est positif pour l’un des médicaments énumérés ci-dessus, vous pourriez être exclu. Il est important de noter que même si la consommation de marijuana a été légalisée dans de nombreux États, elle reste illégale au niveau fédéral. (USA)

Certains médicaments qui pourraient vous coûter votre classe 1

Certains médicaments peuvent être légalement prescrits par un médecin, mais peuvent vous mettre quand même dans le péril. 

Certains de ces médicaments sont définis par le Département des transports des États-Unis comme des médicaments de l’annexe I et la liste comprend les opiacés, les dérivés de l’opium, les médicaments hallucinogènes, certains dépresseurs et stimulants ou les agents cannabimimétiques (marijuana synthétique).

Si l’on vous prescrit un médicament qui figure sur la liste de l’annexe I du DOT ou qui est une amphétamine, un stupéfiant ou toute autre drogue créant une accoutumance, il vous est interdit de conduire un véhicule à moteur à moins que le médecin prescripteur ne fournisse une lettre à votre médecin légiste du DOT. vous donnant l’autorisation de conduire. Même dans ce cas, il appartient au médecin légiste du DOT – et non au médecin prescripteur – de déterminer si le médicament vous empêche de conduire un véhicule utilitaire.

Médicaments qui ne sont jamais autorisés, même avec renonciation

Méthadone

Marijuana médicale

Produits CBD contenant du THC

Kratom

Tout médicament anti-épileptique

Médicaments courants qui posent des problèmes potentiels mais pourraient être approuvés au cas par cas (non exhaustif) – Si votre médecin peut démontrer que ces médicaments n’affectent pas votre capacité à conduire, il est possible que le médecin légiste du DOT approuve leur utilisation .

Xanax

Adderall

Norco

Klonopin

Oxycodone

Tramadol

Lunesta

Ambien

Flexeril

Paxil

Imitrex

Zonisamide

Lorazépam

Provigil

Le camionneur de Minneapolis aura finalement des accusations portées contre lui.

MINNEAPOLIS- Le camionneur de la citerne qui était sur le pont Interstate 35 à Minneapolis lors d’une manifestation contre la mort de George Floyd a été accusé de deux crimes après que les procureurs ont déclarés qu’il voulait effrayer les gens hors de son chemin .

Bogdan Vechirko, 35 ans, d’Otsego a été accusé jeudi d’un chef d’accusation de menaces de violence et d’un chef de délit grave d’opération criminelle de véhicule.

Le 31 mai, plus de 1 000 manifestants se trouvaient sur le pont I-35W près du centre-ville de Minneapolis lorsqu’un camion-citerne conduit par Vechirko s’est approché du pont et s’est dirigé vers la foule. Les accusations indiquent que Vechirko ne s’est pas arrêté jusqu’à ce qu’une personne dans la foule ait trébuché et soit tombée.

Les enquêteurs ont utilisé un semi-remorque similaire pour reconstruire le trajet de Verchirko. La reconstitution a montré que la ligne de mire de Verchirko lui aurait donné suffisamment de temps pour voir la foule et arrêter son camion, selon les accusations.

Source Fox9 

La suite (en anglais) https://bit.ly/3dQ20qj

Borat revient aux États-Unis et piège Rudy Giuliani

Associated Press 

Borat, le journaliste kazakh fictif campé par l’humoriste britannique Sacha Baron Cohen, est de retour sur les écrans, et c’est une mauvaise nouvelle pour les négationnistes, les partisans de Donald Trump et même l’avocat de ce dernier, Rudolph Giuliani. 

La suite des aventures de Borat, sobrement intitulé Borat 2 en version française, mais dont le titre original est Borat Subsequent Moviefilm: Delivery of Prodigious Bribe To American Regime For Make Benefit Once Glorious Nation of Kazakhstan, sera accessible dès le 23 octobre sur Amazon Prime.

Le premier épisode de ses péripéties loufoques à travers les États-Unis, en 2006, avait récolté 260 millions de dollars, une sélection aux Oscars et laissé des scènes cultes, comme celle du «mankini», surprenant string à bretelles affectionné par Borat.

Comme le premier film, Borat 2 a été tourné comme un faux documentaire cet été (alors que les mesures de confinement s’assouplissaient aux États-Unis) par Sacha Baron Cohen et son équipe pour mieux piéger personnalités politiques et anonymes avec son personnage de reporter arriéré et indélicat. 

L’intrigue du nouvel opus n’a pas encore été dévoilée, mais les scènes les plus osées ont déjà commencé à faire parler d’elles: Rudy Giulani a reconnu en juillet avoir été victime d’une fausse entrevue organisée dans une chambre d’hôtel en présence d’une très entreprenante jeune femme.

Dans le film, l’ancien maire de New York, âgé de 76 ans, semble finir en fâcheuse posture, puisqu’il est retrouvé la main dans le pantalon.

L’Ontario à l’écoute des camionneurs

Traduit de Today’s Trucking

TORONTO, Ont. – L’opérateur des relais routier ONroute prend une série de mesures pour améliorer l’expérience client sur ses sites, ce qui comprendra plus de choix de nourriture et de places de stationnement, a déclaré le PDG de la société Today’s Trucking.

«Nous évaluons de manière rapide l’ajout de 200 places de stationnement au cours des 12 prochains mois», a déclaré Melanie Teed-Murch dans une interview. Elle a dit que les places supplémentaires seront disponibles à quatre endroits. Les détails devraient être annoncés prochainement.

ONroute exploite 23 centres aire de repos à travers l’Ontario, mais de nombreux camionneurs ne sont pas satisfaits de ce qu’ils offrent.

Ils se plaignent depuis longtemps que les relais routiers canadiens sont à la traîne par rapport à leurs homologues américains et la plupart n’offrent pas les mêmes installations que ceux des États-Unis.

«Les relais routiers américains sont des installations à service complet 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, ce qui signifie que vous pouvez acheter des plats chauds de jour comme de nuit et que vous pouvez entretenir ou réparer votre camion 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 également, »A déclaré John Giunta, camionneur transfrontalier chevronné.

Au Canada, a-t-il dit, les relais routiers sont ouverts mais ils ne servent pas de plats chauds toute la nuit et n’offrent pas d’installations à service complet.

«Il semble que le Canada ne réalise pas que le camionnage fonctionne 24 heures sur 24», a écrit Giunta dans un courriel.

Teed-Murch a déclaré que ONroute prend très au sérieux les commentaires des clients et que la société a travaillé avec diligence au cours de la dernière année pour améliorer ses offres alimentaires.

«Au cours des six à 12 prochains mois, ce que notre communauté de camionnage verra, ce sera plus d’offres sur ONroute qui sont peut-être congelées qu’ils peuvent prendre et cuire au four, et / ou des articles déjà préparés qui sont juste prêts à manger», Teed -Murch a dit.

La société teste également des distributeurs automatiques qui fourniront des salades et des pizzas chaudes, a-t-elle déclaré.

La suite (en anglais) https://bit.ly/37nU66e