Population du Québec : important ralentissement de la croissance en 2020, mais une reprise s’amorce en 2021

Après avoir fortement ralenti en 2020, la croissance de la population québécoise a connu une reprise modérée au cours des six premiers mois de 2021.

Au 1er juillet 2021, le Québec comptait 8 604 500 habitants, soit 25 100 de plus qu’au début de l’année. Cet accroissement sur six mois est plus élevé que celui enregistré pour l’ensemble de l’année 2020, mais reste deux fois moindre que celui observé lors des premiers semestres des années 2017 à 2019.

Ces résultats sont tirés de l’édition 2021 du Bilan démographique du Québec publié aujourd’hui par l’Institut de la statistique du Québec.

Accroissement démographique par semestre, Québec, 2017-2021 (Groupe CNW/Institut de la statistique du Québec)

La baisse des gains migratoires internationaux a joué un rôle prépondérant dans le ralentissement de la croissance de la population en 2020. 

Elle s’explique principalement par la mise en place de restrictions aux frontières pour contrer la pandémie de COVID-19. 

Le Québec a également enregistré une forte hausse des décès, alors que les naissances ont été moins nombreuses.

Migrations : après une forte baisse en 2020, la migration internationale connaît un certain regain au début de 2021 

En 2020, les échanges migratoires avec l’extérieur du Québec ont engendré un gain de 14 000 personnes, comparativement à 93 500 personnes en 2019. Cette importante baisse s’explique surtout par la diminution du nombre de résidents non permanents (travailleurs temporaires, étudiants étrangers et demandeurs d’asile). 

Surmortalité relative estimée de janvier 2020 à août 2021, par semaine, Québec, reste du Canada et États-Unis (Groupe CNW/Institut de la statistique du Québec)

Leur effectif s’est réduit entre le début et la fin de 2020 (- 9 400), tandis qu’un gain record avait été enregistré en 2019 (+ 61 700). Au premier semestre de 2021, on observe une certaine reprise, mais les gains demeurent beaucoup plus faibles qu’avant la pandémie. 

Parallèlement, le Québec a accueilli 25 200 immigrants en 2020, comparativement à 40 600 en 2019. Pour les six premiers mois de 2021, on constate une hausse des admissions, bien que la reprise demeure encore freinée par le contexte de la crise sanitaire. 

Par ailleurs, les données du premier semestre de 2021 indiquent de légers gains dans les échanges migratoires avec les autres provinces canadiennes, un fait rare pour le Québec, qui avait enregistré de légères pertes en 2020 (- 4 100 personnes).

Décès : retour à la normale après les épisodes de surmortalité de 2020 

Au cours des 10 premiers mois de la pandémie (mars à décembre 2020), on estime que le nombre de décès observés au Québec a été de 9 % plus élevé que ce à quoi on se serait attendu en temps normal. 

La surmortalité a toutefois été nulle ou négative de février à août 2021, si bien qu’après 18 mois de pandémie, la surmortalité cumulée se situait à 3,7 %. Dans le reste du Canada, la surmortalité a été initialement inférieure à celle du Québec, mais elle s’est maintenue à un niveau généralement plus élevé à partir de juillet 2020. Après 18 mois de pandémie, le bilan de la surmortalité du reste du Canada était semblable à celui du Québec. 

L’espérance de vie au Québec en 2020 se situe à 80,6 ans chez les hommes et à 84,0 ans chez les femmes, ce qui représente des baisses respectives de 6 et 9 mois par rapport à 2019. L’ampleur de ces baisses, qui s’explique par la surmortalité enregistrée en raison de la COVID-19, fait figure d’exception, car l’espérance de vie tend plutôt à augmenter au fil des ans. 

L’espérance de vie s’est également réduite dans plusieurs pays, souvent de façon encore plus marquée qu’au Québec. Naissances : la baisse de 2020 fait place à une légère remontée en 2021 L’année 2020 s’est conclue avec des naissances moins nombreuses qu’en 2019 au Québec. 

Un total de 81 850 naissances a été enregistré, soit 3 % de moins que l’année précédente. Il est possible que la réduction des flux migratoires ait eu une incidence sur le nombre de naissances en 2020, puisqu’elle a limité l’entrée de femmes migrantes en âge d’avoir des enfants. 

Les premières données de 2021 laissent cependant entrevoir une légère augmentation des naissances, dont le nombre devrait ressembler à la moyenne des années précédentes. 

L’indice de fécondité se situe à 1,52 enfant par femme en 2020, ce qui représente une baisse par rapport à 2019 (1,57). Une tendance à la baisse est observée depuis 2009 (1,73). Diffusion prochaine des données régionales   Les données sur la migration entre les régions et les données sur la population à l’échelle des régions administratives, des MRC et des municipalités seront diffusées en janvier 2022. 

Les données couvriront la période du 1er juillet 2020 au 1er juillet 2021, une période durant laquelle la pandémie a pu avoir une influence sur la démographie des régions.

Laisser un commentaire