Enquêtes de police pour profanation après les manifestations anti-mesures sanitaires

Des manifestants opposés aux mesures sanitaires ont poursuivi leur protestation dans la nuit de samedi à dimanche à Ottawa, la capitale du Canada, tandis que des enquêtes criminelles ont été entamées en lien notamment avec la profanation de monuments nationaux, a annoncé la police.

Agence France Presse

« D’amples foules sont demeurées au centre-ville toute la nuit et furent gérées activement par les policiers», a déclaré dimanche la police d’Ottawa dans un communiqué, précisant que ces «situations à risque élevé» ont été «désamorcées et réglées sans arrestations».

Depuis vendredi, la capitale canadienne est le théâtre d’un large mouvement de mobilisation, initié d’abord par des camionneurs qui s’opposent à l’obligation vaccinale pour traverser la frontière entre le Canada et les États-Unis.

Mais de nombreux sympathisants, qui revendiquent plus largement les restrictions sanitaires dans leur ensemble, ont convergé vers Ottawa pour soutenir les routiers, venus en convois de partout au pays.

La police d’Ottawa a ouvert «plusieurs enquêtes criminelles» en lien avec la profanation de monuments nationaux, des comportements «menaçants, illégaux et intimidants» à l’endroit de policiers, et aussi pour vandalisme sur un véhicule municipal.

Samedi, des manifestants ont été aperçus et filmés debout sur le site historique de la tombe du Soldat inconnu, provoquant une onde d’indignation généralisée sur les réseaux sociaux.

«Je suis révulsé de voir des manifestants danser sur la Tombe du Soldat inconnu et profaner le Monument commémoratif de guerre du Canada», a tweeté le chef d’état-major de la Défense nationale, Wayne Eyre, ajoutant que «les personnes impliquées devraient avoir honte».

Des barricades ont été installées dimanche pour bloquer l’accès des camions et véhicules au passage menant au monument.

Toujours dans le centre-ville d’Ottawa, l’organisme Bergers de l’Espoir, qui offre de l’aide aux sans-abris, a affirmé que son personnel et ses bénévoles avaient été «harcelés» par des manifestants du «Convoi de la liberté», à qui des repas gratuits ont été distribués pour atténuer les tensions.

«Les événements de ce week-end ont mis à rude épreuve nos opérations à un moment déjà difficile», a tweeté l’organisme, alors qu’un froid extrême s’abat sur la capitale canadienne.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau et sa famille ont été escortés samedi hors de leur domicile vers un lieu tenu secret, selon les médias canadiens.

Les bruits de moteurs et coups de klaxon pourraient continuer à retentir dans le centre-ville d’Ottawa encore quelque temps puisque des camionneurs, dont certains venus d’aussi loin que de la Colombie-Britannique à des milliers de kilomètres à l’ouest, entendent manifester plusieurs jours.