Cinq installations pour Amazon au Québec

(Montréal) Alors que de plus en plus de consommateurs effectuent leurs emplettes en ligne, Amazon étend son empreinte au Québec en précisant ses intentions d’investissement, qui porteront sur un total de cinq sites et qui devraient créer plus de 1000 emplois.

La Presse Canadienne

Quelques semaines après avoir inauguré un centre de tri à Longueuil, en banlieue sud de Montréal, la multinationale américaine a fait savoir, mardi, qu’elle en ouvrira un autre plus tard cette année à Coteau-du-Lac — son plus important dans la province avec une superficie de plus d’un demi-million de pieds carrés.

Ces sites s’ajouteront à trois postes de livraison, qui constituent la dernière étape du processus entourant l’expédition des commandes. 

« Nos nouvelles installations nous aideront à répondre à la demande croissante d’excellents produits et de délais de livraison plus rapides émise par les clients », a souligné dans un communiqué Jean-François Héroux, directeur de site pour Amazon Canada. 

Celui-ci n’était pas disponible pour accorder des entrevues. De plus, l’entreprise n’avait pas chiffré l’ampleur de ses investissements dans la province.

Amazon avait inauguré son premier « centre d’opérations » au Québec en juillet dernier dans l’arrondissement montréalais de Lachine. Environ 300 salariés y travaillent. 

Sans tambour ni trompette, les activités du premier centre de tri d’Amazon au Québec avaient démarré à Longueuil dans un complexe d’environ 200 000 pieds carrés. 

Au-delà de 1000 personnes devraient travailler dans ces deux centres à terme, selon Amazon, qui a évoqué une « rémunération concurrentielle, des avantages sociaux de premier plan dans l’industrie et des possibilités d’avancement professionnel ». 

En ce qui a trait aux postes de livraison, les activités des deux premiers démarreront plus tard cette année à Laval et Lachine. Un troisième poste de livraison verra également le jour sur le territoire de l’île Jésus l’an prochain.

La multinationale a fait miroiter des « centaines de postes » à temps plein et à temps partiel. 

Au cours d’un entretien téléphonique, le directeur général du Conseil québécois du commerce de détail, Stéphane Drouin, ne s’est pas alarmé de voir Amazon accroître sa présence physique dans la province, soulignant que le géant du web était déjà bien présent en ligne. 

« C’est certain qu’Amazon représente une concurrence importante pour les détaillants québécois, a-t-il dit. Pour les détaillants du Québec, cela les oblige de continuer à implanter de nouvelles pratiques. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s