Il est plus que temps qu’on mette cartes sur table à propos du REM de l’Est, estime le Parti Québécois

Le député des Îles-de-la-Madeleine et porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, Joël Arseneau, demande officiellement à ce que comparaissent en commission parlementaire la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) et sa filiale se consacrant aux infrastructures publiques (CDPQ Infra). « Il devient urgent de faire la lumière sur le projet de REM de l’Est, pour lequel de plus en plus d’inquiétudes et de questions sont soulevées », a-t-il déclaré.

EN BREF Le projet de REM de l’Est suscite de vives inquiétudes et soulève de nombreuses questions, mais la CDPQ et la CPDQ Infra refusent de donner des réponses. Le Parti Québécois a donc demandé officiellement à ce qu’elles comparaissent en commission parlementaire.

Ce dimanche 13 juin, Joël Arseneau sera sur place, à Montréal, pour rencontrer les citoyens et les médias. En effet, plus le projet avance, et plus la transparence recule. « On a vraiment l’impression que la CDPQ et la CDPQ Infra ne nous disent pas tout à propos du REM de l’Est. Or, c’est un projet majeur, qui va s’inscrire au coeur de notre métropole pour des décennies à venir.




La population et les élus sont inquiets, et personne ne répond à leurs interrogations », a précisé Joël Arseneau. C’est pourquoi vendredi dernier, le député a fait parvenir une demande officielle à la Commission des transports et de l’environnement, pour que cessent de se défiler la CDPQ et la CDPQ Infra.

« C’est plus nécessaire que jamais, et ça devient urgent. Plusieurs groupes nous ont mentionné que bien que les consultations sur le REM de l’Est achèvent, les principaux enjeux – notamment quant au tracé et à l’aspect aérien du REM – ont été esquivés par la CDPQ. L’inquiétude monte, d’autant plus que les deux firmes d’architectes initialement responsables du projet ont affirmé qu’il va défigurer Montréal pour les 200 prochaines années », a ajouté le député.

De plus, après des mois de questions – notamment par le biais d’une interpellation à l’Assemblée nationale – et maintenant que les règles sanitaires le permettent, Joël Arseneau a tenu à se rendre sur place, à Montréal, pour aller à la rencontre des groupes formant la Coalition pour un REM socialement acceptable. « C’est important pour moi de parler directement aux gens hautement concernés par le projet, et de voir « en personne » ce que le REM pourrait donner sur la rue Sherbrooke Est, dans Mercier-Est, et dans le Parc Morgan, notamment. »

Ce dimanche 13 juin, Joël Arseneau sera à la station de métro Honoré-Beaugrand, sortie sud, à 13 h; à 14 h 30, il sera au Parc Morgan pour rencontrer les groupes citoyens et les médias.

SOURCE Aile parlementaire du Parti Québécois

Laisser un commentaire