Attisés par des vents violents, les brasiers forcent d’autres évacuations

La Presse Canadienne

(Vancouver) Des incendies attisés par des vents violents ont forcé jeudi l’évacuation de centaines d’autres résidants de plusieurs régions de la Colombie-Britannique, pour une période indéterminée, dans le sud-est de la province

Les autorités devaient faire le point jeudi sur la situation qui a forcé jusqu’ici les résidants de plus de 4000 propriétés à évacuer. Parmi les 268 incendies auxquels s’attaquent les pompiers en Colombie-Britannique, celui qui a détruit le village de Lytton il y a trois semaines menace maintenant la communauté de Spences Bridge.

Un ordre d’évacuation a été donné jeudi par le district régional de Thompson-Nicola pour 169 propriétés. Le district régional de Central Kootenay a ordonné l’évacuation de plus de 170 propriétés sur une bande de dix kilomètres le long de la rivière Slocan, au nord d’Appledale, près du flanc ouest de l’incendie de Trozzo qui brûle depuis deux semaines. 

La société de protection des forêts contre le feu attribue le « comportement agressif » de ce brasier de 26 km2 à des vents puissants qui ont également alimenté d’autres grands incendies à proximité. 

Des ordres d’évacuation ont donc été étendus pour couvrir en tout 356 propriétés – notamment les communautés de Needles et Edgewood, sur le lac Lower Arrow. 

Dans l’« intérieur central » de la province, le district régional de Thompson-Nicola a donné des ordres d’évacuation pour plus d’une centaine de propriétés menacées par des incendies de forêt distincts au nord de Kamloops et de Lillooet.

Mais il y avait des nouvelles positives dans le sud de l’Okanagan pour le feu de Nk’Mip, qui a carbonisé plus de 20 km2 de brousse. La communauté autochtone d’Osoyoos a partiellement levé un ordre d’évacuation, permettant aux résidants de 176 propriétés de rentrer chez eux, jusqu’à nouvel ordre. 

Le ministère des Forêts indiquait jeudi que 277 incendies brûlaient en Colombie-Britannique et que les résidants de 4351 propriétés étaient visés par un ordre d’évacuation ; des milliers d’autres doivent demeurer sur un pied d’alerte. 

Pénuries d’eau 

La sécheresse et les pénuries d’eau qui affectent la moitié sud de la province aggravent encore une situation dramatique ; il y a eu peu de précipitations, voire pas du tout, au cours des cinq dernières semaines et aucun répit n’était en vue. 

La pêche en eau douce est déjà interdite dans de nombreuses régions en raison du stress supplémentaire que subissent les poissons, à cause des faibles débits et des températures élevées de l’eau. Le gouvernement a également exhorté les résidants à réduire leur utilisation d’eau.

Des impacts négatifs sont probables sur les personnes, les poissons et les écosystèmes dans plusieurs zones qui sont déjà soumises à des restrictions de niveau de sécheresse 4, sur une échelle de 5. Les zones touchées comprennent les rivières Salmon, Coldwater et Nicola, dans la région de Thompson-Okanagan, la rivière Kettle, le bassin du Bas-Columbia et le bassin de West Kootenay, ainsi que le bassin est de l’île de Vancouver et les îles Gulf. 

Tous les utilisateurs d’eau dans les zones touchées doivent réduire leur consommation dans la mesure du possible et respecter toutes les restrictions locales, exhorte le gouvernement. 

Si les objectifs de conservation ne sont pas atteints et que les conditions de sécheresse s’aggravent, des ordonnances de protection temporaires, en vertu de la loi sur l’approvisionnement en eau, pourraient être délivrées aux titulaires de permis d’eau, afin d’éviter des dommages importants ou irréversibles aux écosystèmes aquatiques. 

« Le personnel provincial surveille activement la situation et s’efforce d’équilibrer les utilisations de l’eau avec les besoins de l’environnement. »


Laisser un commentaire