Le gouvernement du Canada recule à la dernière minute le mandat des vaccins pour les camionneurs

La Presse Canadienne

Christopher Reynolds, La Presse Canadienne

MONTRÉAL – Le gouvernement fédéral se retire de son mandat de vaccin pour les camionneurs canadiens trois jours avant son entrée en vigueur.

Ottawa a annoncé à la mi-novembre que les chauffeurs routiers entrant au Canada devraient être complètement vaccinés d’ici ce samedi.

Mais mercredi soir, la porte-parole de l’Agence des services frontaliers du Canada, Rebecca Purdy, a déclaré à La Presse canadienne que les gros gréeurs canadiens n’auront pas à se mettre en quarantaine s’ils ne sont pas vaccinés ou s’ils n’ont reçu qu’une seule dose.

La nouvelle a surpris le président de l’Alliance canadienne du camionnage, Stephen Laskowski, qui a déclaré que des représentants de l’industrie avaient rencontré des représentants du gouvernement mercredi à midi et qu’on leur avait dit que le mandat était toujours en cours pour le 15 janvier.

Les associations commerciales des deux côtés de la frontière avaient fait pression pour un report de la restriction, qui, selon eux, mettrait une pression supplémentaire sur les chaînes d’approvisionnement au milieu de la dernière vague de COVID-19 et de graves pénuries de travailleurs.

La nouvelle règle prendra toujours effet pour les camionneurs américains, qui seront refoulés à la frontière à moins qu’ils n’aient été vaccinés à partir de ce week-end.

Selon l’alliance du camionnage, environ 10 pour cent des 120 000 camionneurs canadiens qui traversent la frontière n’ont peut-être pas été en mesure de travailler sur ces routes parce qu’ils n’ont pas été percutés.

L’Agence des services frontaliers du Canada a refusé de dire si l’exemption des camionneurs est temporaire ou indéfinie, ou ce qui a motivé le changement.

Le mandat de vaccination avait déjà commencé à avoir un impact sur les opérations de camionnage.
“Beaucoup de nos membres ont déjà déclaré qu’ils n’enverraient pas de chauffeurs non vaccinés à la frontière”, a déclaré Laskowski.

Les compagnies de transport ne se sont jamais opposées au mandat de vaccination ; “c’est le moment choisi”, a-t-il déclaré, citant les points de pression de la chaîne d’approvisionnement allant des ports obstrués aux travailleurs malades et à l’inflation.

Cependant, la nouvelle règle a peut-être encouragé certains travailleurs réticents à retrousser leurs manches. Une entreprise de logistique basée à Montréal a offert le mois dernier une prime de 10 000 $ à tous les conducteurs qui ont reçu leur première dose de vaccin à la mi-janvier dans l’espoir de fidéliser les employés et d’augmenter les taux de vaccination.

Un autre groupe ontarien de transport Titanium, qui possède une flotte de 800 tracteurs, affirme que 95 pour cent de ses conducteurs sont entièrement vaccinés.

« Il est plus que probable qu’il n’y a pas de bon moment, n’est-ce pas ? Ils bénéficient de cette exemption depuis assez longtemps. Alors peut-être que c’est le bon moment », a déclaré le PDG Ted Daniel.

Néanmoins, une myriade de groupes commerciaux a demandé à Ottawa de reporter la date limite de samedi.

Les récentes inondations en Colombie-Britannique et la « politique zéro COVID » de la Chine ont aggravé les goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement, a déclaré la Canadian Manufacturing Coalition dans une lettre signée par 18 chefs d’associations de l’industrie, qui demandaient un délai. La Petroleum Services Association of Canada a déclaré que le mandat des vaccins « ne ferait qu’aggraver les choses ».
Près des deux tiers des quelque 21 milliards de dollars d’importations agroalimentaires que le Canada reçoit des États-Unis chaque année arrivent par camion, selon Sylvain Charlebois, professeur de distribution et de politique alimentaires à l’Université Dalhousie. La dépendance vis-à-vis des produits américains est particulièrement élevée en hiver.

« Nous voyons déjà des étagères vides dans les magasins en ce moment. Nous n’en voulons tout simplement pas plus », a-t-il déclaré.

«Les enjeux sont beaucoup plus importants de notre côté que du côté américain, car l’Amérique achètera des matières premières à transformer au pays, alors qu’au Canada, la plupart des produits que nous achetons aux Américains sont prêts à être commercialisés, comme les produits et les aliments transformés. “

Les États-Unis devraient promulguer leur propre mandat de vaccination pour les travailleurs essentiels à la frontière le 22 janvier.

La nouvelle règle sera toujours en vigueur pour les camionneurs américains, qui seront refoulés à la frontière à moins qu'ils n'aient été vaccinés à partir de ce week-end.


Laisser un commentaire