Immeuble effondré à Miami: l’angoisse des résidents et des familles de disparus

Agence France Presse

Le regard dans le vide ou en sanglots, des familles de résidents de l’immeuble effondré près de Miami ont passé la journée de jeudi à attendre dans l’angoisse des nouvelles de leurs proches, tandis que des habitants cherchaient une solution de relogement après la catastrophe qui a fait au moins un mort et 99 disparus.


«J’ai tout perdu», dit Erick de Moura, 40 ans, devant le centre communautaire de Surfside, une petite communauté du comté de Miami-Dade où il va tenter de trouver un logement pour les jours qui viennent.

Ce Brésilien habitait depuis trois ans au 10e étage du Champlain Towers Complex, dont une partie s’est effondrée en pleine nuit pour une raison encore indéterminée.

Il se considère comme un «miraculé» car la nuit dernière, il a décidé de dormir chez sa petite amie plutôt que de rentrer chez lui.

«Je suis sans-abri, j’ai perdu mes papiers, mes vêtements, ma carte verte, mon argent», explique-t-il, partagé entre la tristesse et la joie d’être vivant: «je reviens de voir l’immeuble, c’est un choc. J’ai beaucoup de peine mais je suis heureux d’être en vie».

Erick de Moura s’inquiète en revanche du sort de ses voisins.

«Tout s’est effondré. Je pense que les gensde mon étage sont morts», lâche-t-il.

Inquiétude et désarroi

Ces résidents avaient la plus belle vue, qui donnait directement sur la plage et l’océan. C’est cette partie qui s’est effondrée comme un château de cartes dans la nuit.

Les équipes de recherches – pompiers, policiers, unités cynophiles – ont passé la journée à tenter de retrouver des survivants dans les décombres, alors qu’une grue dégageait les gravats et qu’un

hélicoptère patrouillait dans le ciel.

Le reste du bâtiment de 12 étages n’a pas été touché, quelques balcons de fer ont été arrachés, mais tous les habitants ont été évacués par mesure de sécurité et le quartier a été bouclé sur plusieurs rues.

Les résidents se sont retrouvés à quelques pâtés de maison de là, au centre communautaire transformé en cellule de secours et d’hébergement.

C’est là qu’ils attendent un relogement, dans la famille, chez des proches ou dans des hôtels qui ont offert des chambres. D’autres attendent de connaître le sort de leurs proches qui habitaient l’immeuble.

Des volontaires ont apporté de l’eau, du café, des paniers-repas, des vêtements et des couvertures, et des équipes de la Croix-Rouge américaine et les services d’urgence sont là pour les réconforter. Les gens vont et viennent, certains restent assis, immobiles et les yeux dans le vide, d’autres répriment mal des sanglots.

Plus de 1000 personnes sont passées par le centre, assure Ron Ben Hayoun, un jeune volontaire de 22 ans. Cet habitant du nord de Miami est revenu dans le quartier de son enfance pour apporter son aide.

Dans cette ville où vit une importante communauté juive, «nous aidons tout le monde, nous ne faisons pas d’exception», dit-il.

«C’est un énorme choc» pour la communauté et pour la ville, dit le jeune homme qui revient d’Israël où il a fait son service militaire.

Plus tôt, le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid avait indiqué avoir parlé au chef de la communauté juive à Miami, affirmant que l’État hébreu faisait «tout pour aider les forces sur le terrain, les blessés et les familles».


Laisser un commentaire