Archives de catégorie : Construction

Le pont Gédéon-Ouimet, situé sur l’autoroute 15 et reliant Laval et Boisbriand, sera reconstruit.

Les détails: 

D’un peu plus de 1 kilomètre, le nouveau pont sera doté: 

•de 4 voies de circulation dans chaque direction, dont 1 voie prévue pour le transport collectif; 

•d’accotements de 3 mètres aménagés de part et d’autre des voies de circulation. 

C’est le moment de vous faire entendre! Une consultation publique, menée par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, est en cours. 

Cette consultation s’inscrit dans le cadre de la procédure d’évaluation et d’examen des impacts sur l’environnement. Vous pouvez faire part de vos observations et préoccupations sur les enjeux que l’étude d’impact du projet devrait aborder.

Pour participer, c’est ici: https://bit.ly/3zHi2g2

Échangeur des autoroutes 13 et 40 à Montréal – Fermeture partielle de longue durée de la bretelle menant de l’autoroute 13 en direction sud à l’autoroute 40 en direction est

Le ministère des Transports informe les usagers de la route que dans le cadre du projet de reconstruction et de réparation de ponts d’étagement de l’autoroute 13 dans le secteur de l’autoroute 40 à Montréal, la fermeture partielle de longue durée de la bretelle menant de l’autoroute 13 en direction sud à l’autoroute 40 en direction est sera requise à compter du jeudi 26 août, 5 h, et ce jusqu’au vendredi 17 septembre, 23 h 59. Cette entrave est nécessaire afin de permettre le remplacement des glissières de sécurité.

Entraves et gestion de la circulation

  • Fermeture d’une voie sur deux de la bretelle menant de l’autoroute 13 en direction sud à l’autoroute 40 en direction est du jeudi 26 août, 5 h jusqu’au vendredi 17 septembre, 23 h 59.

À noter qu’il y aura un rétrécissement de la voie de gauche dans la sortie no 60 – Mirabel / P.-É.-Trudeau / A-13 / Lachine / Laval / Boul. A-.Nobel  de l’autoroute 40 en direction ouest à compter du vendredi 27 août 5 h jusqu’au vendredi 17 septembre 23 h 59.

En cas de conditions météorologiques défavorables ou de contraintes opérationnelles, ces entraves pourraient être reportées.

Réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine – Fermeture de fin de semaine d’une entrée et d’une sortie de l’autoroute 20 ouest

Le ministère des Transports informe les usagers de la route que la fermeture d’une entrée et d’une sortie de l’autoroute 20 à Boucherville sera requise au cours de la fin de semaine du 16 au 19 juillet pour la réalisation de travaux de drainage. 

Entraves et gestion de la circulation 

Du vendredi 16 au lundi 19 juillet

Fermeture de la sortie n° 92 – Boul. de Mortagne de l’autoroute 20 en direction ouest, de vendredi 21 h 30 jusqu’à lundi 5 h Fermeture de l’accès à l’autoroute 20 en direction ouest à la hauteur du boulevard de Mortagne, de vendredi 21 h 30 jusqu’à lundi 5 h

Des chemins de détours seront mis en place pour orienter les usagers de la route.

Faits saillants Les principales interventions prévues en 2021 consistent à mettre en place les mesures d’atténuation en transport collectif dans l’axe des autoroutes 20 et 25. 

La période d’entraves majeures, qui entraînera notamment des entraves de longue durée dans le tunnel, est prévue à compter du printemps 2022.

Autoroute Félix-Leclerc (A-40), au-dessus de la 1re Avenue, à Québec – Entraves importantes du 9 au 13 juillet

Le ministère des Transports informe les usagers de la route ainsi que ses partenaires que dans le cadre des travaux de réfection des ponts d’étagement de l’autoroute Félix-Leclerc (A-40), au-dessus de la 1re Avenue, à Québec, des entraves importantes seront mises en place du 9 au 13 juillet. 

Celles-ci permettront notamment de réparer la dalle de béton, de poser une membrane d’étanchéité et d’asphalter le tablier du pont. Rappelons que ce chantier a débuté à l’été 2020. 

Gestion de la circulation 

Autoroute Félix-Leclerc (A-40), à la hauteur de la 1re Avenue 

En direction ouest, DU VENDREDI 9 JUILLET À 22 H AU MARDI 13 JUILLET À 5 H 30 

Fermeture d’une voie sur trois avec légère déviation; 

Fermeture de la bretelle d’accès provenant de la 3e Avenue Est; 

Les largeurs des voies restantes seront de 3 et 3,3 mètres. 

En direction est, DU VENDREDI 9 JUILLET À 23 H AU MARDI 13 JUILLET À 5 H 30 

Fermeture d’une voie sur trois avec légère déviation; 

Fermeture de la bretelle d’accès provenant de la 2e Avenue Ouest; 

Les largeurs des voies restantes seront de 3,3 et 3,8 mètres. 

La limite de vitesse sera réduite à 70 km/h dans la zone de chantier. 

Mentionnons que les entraves sur l’autoroute Félix-Leclerc (40) seront levées à compter du 13 juillet à 5 h 30.  

Rappel de l’entrave déjà en place, et ce, jusqu’à la mi-juillet : 

1re Avenue (réseau municipal), à la hauteur de l’autoroute Félix-Leclerc (A-40) 

Dans les deux directions, fermeture d’une voie sur deux, en tout temps; 

Hauteur libre restante de 4,2 mètres sous la structure. 

Des ralentissements et de la congestion sont à prévoir sur l’autoroute Félix-Leclerc (A-40), principalement aux heures de pointe. 

Conscient des impacts qu’occasionneront ces travaux, le Ministère encourage les usagers du secteur à planifier leurs déplacements adéquatement en consultant le Québec 511.

Le système d’Interstate américain fête ses 65 ans

Les autoroutes américaines faisaient autrefois l’envie du monde entier. Guidés par la vision du président Eisenhower, ensemble, ils ont  construit un vaste réseau moderne de routes et de ponts qui reliaient le pays, élargissaient le commerce et alimentaient l’économie en croissance tout au long de la seconde moitié du 20e siècle. À la fin de la guerre froide, les États-Unis étaient arrivés en tant que superpuissance inégalée du monde, et cette merveille de l’ingéniosité américaine avait – selon les mots de Ronald Reagan – vraiment fait du conducteur américain moyen le roi de la route. 


Le système fut autorisé par le Federal Aid Highway Act signé le 29 juin 1956, connu aussi sous le nom de National Interstate and Defense Highways Act de 1956, grâce au soutien des principales firmes industrielles d’automobile et du président Dwight D. Eisenhower, suivant sa propre expérience : Eisenhower avait suivi la Lincoln Highway, en 1919 en tant que jeune soldat, et le réseau d’autoroutes (Autobahnallemand.

Des autoroutes étaient déjà tracées à la fin des années 1930 et faisaient partie des systèmes autoroutiers locaux ou des États. Avec l’augmentation de la circulation, le besoin de créer un système national en supplément des United States Numbered Highways se faisait ressentir.

Bien que la construction du réseau se poursuive encore de nos jours, il a été officiellement déclaré complet en 1991, bien que 1,5 mile du système originellement prévu restent non construits en 2005. Le coût prévu initialement était de 25 milliards de dollars sur 12 ans, mais 114 milliards ont en fait été dépensés, après 35 ans de travaux.

Voté en 1916, le Federal Aid Road Act permet de donner une base légale à la volonté du gouvernement américain de créer un réseau de grandes routes à l’échelle nationale. Il octroie aux États fédérés un budget de 75 millions de dollars par tranche de cinq ans pour la construction et l’amélioration de ces routes.[1] Toutefois, du fait de l’engagement de toutes les forces disponibles du pays dans la Première guerre mondiale, cette loi expire en 1921 sans avoir donné lieu à des constructions significatives.

En décembre 1918, E.J. Mehren, ingénieur et rédacteur en chef du journal Engineering News-Record, présente un projet de plan routier national[2] lors d’une réunion rassemblant les responsables du réseau routier national et les membres de l’Association des industriels de la route (Highway Industries Association) au palais des congrès de Chicago[3]. Dans son plan, Mehren propose de créer un réseau d’une longueur de 80 000 kilomètres, constitué de cinq transversales est-ouest et de dix transversales nord-sud. 

Ce réseau comprendrait deux pour cent de l’ensemble des routes et desservirait l’ensemble des États, pour un coût fixé à 16 000 dollars par kilomètre, et bénéficierait à l’industrie du transport ainsi qu’à l’armée.

En 1919, l’U.S. Army monte une expédition à travers les États-Unis dans le but de déterminer à quelles difficultés feraient face des véhicules militaires en traversant le pays. Parti du parc The Ellipse, près de la Maison Blanche, le convoi prend 62 jours pour parcourir 5150 kilomètres jusqu’à la base militaire de Presidio, située dans la baie San Francisco. Il fait face à d’importantes difficultés : ponts branlants, casses répétées de vilebrequin, moteurs encrassés par le sable du désert.

Dwight Eisenhower, à l’époque lieutenant âgé de 28 ans, fait partie de cette expédition “à travers la partie la plus obscure de l’Amérique avec des camions et des blindés”, comme il le décrira par la suite. Dans l’Ouest, de nombreuses routes ne sont qu’ “une succession de poussière, d’ornières, de nids-de-poule et de trous”. Eisenhower se rappelle aussi que c’est durant cette expédition que lui est venu l’envie de créer de “bonnes routes à deux chaussées … de merveilleux rubans de bitumes lancés à travers notre pays”.

Comme la loi de 1916 est désormais obsolète, une nouvelle loi est votée en 1921, le Federal Aid Highway Act, également connu sous le nom de Phipps Act. Elle prévoit un financement fédéral de la construction et de l’amélioration du réseau routier à la hauteur de 75 millions de dollars par an.[5] De plus, elle prévoit, ce qui est inédit, de consacrer ces fonds à la construction d’un réseau routier interconnecté sous forme d’un quadrillage de “routes primaires“ (primary highways) , afin de coordonner les différents plans routiers proposés par les administrations respectives de chaque État.

Le Bureau of Public Roads demande alors à l’armée de lui fournir une liste des itinéraires considérés comme indispensables à la défense nationale. En 1922, le général Pershing, commandant le corps expéditionnaire américain en Europe durant la grande guerre, dévoila un réseau de voies rapides interconnectées d’une longueur de 32 000 kilomètres, appelé Pershing Map.

On assiste par la suite, au cours des années 1920, à une explosion de la construction de nouvelles routes, avec des projets comme le New York parkway system, construit dans le but d’intégrer ensuite le réseau des highways. Avec la croissance du trafic automobile, l’administration commence à percevoir le besoin d’un réseau routier interconnecté à l’échelle nationale destiné à suppléer le réseau existant, en grande partie non-autoroutier. A la fin des années 1930, le projet évolue vers un réseau autoroutier.

En 1938, le président Roosevelt donne à Thomas MacDonald, à la tête du Bureau of Public Roads (BPR), une carte coloriée à la main dessinant huit corridors autoroutier à étudier. En 1939, Herbert S. Fairbank, chef de la Division de l’information du BPR, rédigea un rapport intitulé Toll Roads and Free Roads, la première description officielle de ce qui allait devenir le réseau routier inter-États.

Le champion du système d’autoroute Interstate est le président Dwight D.Eisenhower. Il a été influencé par ses expériences en tant que jeune officier de l’armée, ayant traversé le pays dans le convoi Motor Transport Corps de 1919, celui qui a construit une partie de la Lincoln Highway, la première route à travers l’Amérique. 

Eisenhower connait bien également le système Reichsautobahn, la première autoroute de l’Allemagne moderne, alors qu’il servait en tant que commandant suprême des forces alliées en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1954, Eisenhower nomme le général Lucius D. Clay à la tête d’un comité chargé de proposer un plan de réseau routier inter-États. C’est une question de sécurité, de développement économique et de défense nationale.

Le comité Clay propose un programme de 100 milliards de dollars sur 10 ans, pour construire 40 000 miles (64 000 km) d’autoroutes reliant toutes les villes américaines de plus de 50 000 habitants. La préférence d’Eisenhower allait vers un système à péage, mais Clay le convainc que cela ne serait rentable que dans les régions côtières très peuplées. En février 1955, Eisenhower transmet le plan de Clay au Congrès. Le projet de loi est rapidement approuvé au Sénat, mais les démocrates de la Chambre s’opposent à l’utilisation d’obligations publiques comme moyen de financement de la construction. Eisenhower et les démocrates de la Chambre s’entendent pour financer le système par le biais du Highway Trust Fund, abondé par une taxe sur l’essence. En juin 1956, Eisenhower signe la Federal Aid Highway Act. Chaque autoroute inter-États doit avoir au moins quatre voies et ne traverser aucun passage à niveau.

Projet Turcot – Fermeture partielle de l’autoroute 15 en direction nord dans le secteur de l’avenue Atwater du 25 au 28 juin 2021

Le ministère des Transports, en collaboration avec Signature sur le Saint-Laurent, informe les usagers de la route que des entraves seront mises en place dans le secteur de l’avenue Atwater, notamment la fermeture de la voie de droite de l’autoroute 15 en direction nord. Ces fermetures sont requises afin de procéder à des travaux de finition. 

Fermetures sur le réseau autoroutier – de vendredi 22 h à lundi 5 h

Fermetures dans le secteur de L’Île-des-Sœurs (Groupe CNW/Ministère des Transports)
  • Fermeture d’une voie sur trois de l’autoroute 15 en direction nord entre la sortie no 61 – Avenue Atwater/rue Saint-Patrick et l’entrée en provenance de l’avenue Atwater
  • Fermeture de l’entrée de l’autoroute 15 en direction nord en provenance de l’avenue Atwater

En cas de conditions météorologiques défavorables ou de contraintes opérationnelles, les travaux pourraient être reportés. Les usagers de la route sont invités à consulter régulièrement le site Web Turcot ou le quebec511.info pour connaître les fermetures planifiées.


Avancement des travaux de la 85, un tronçon de 11 km disponible dès la fin de la journée

Ça avance … voici des photos de Patrick Bergeron de Radio-Canada

Quelques photos du nouveau tronçon de 11 kilomètres pour l’autoroute 85 et des travaux qui se poursuivent entre Saint-Louis-du-Ha ! Ha ! et Saint-Antonin. 

Ce nouveau segment sera accessible d’ici la fin de l’après-midi.

Photos: Patrick Bergeron Radio-Canada