Archives par mot-clé : Stm

La STM inaugure son garage souterrain Côte-Vertu

Source: https://bit.ly/3mTxZLz

La députée fédérale de Saint-Laurent, Mme Emmanuella Lambropoulos, la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Mme Chantal Rouleau, la mairesse de Montréal, Mme Valérie Plante, et la directrice générale par intérim de la STM, Mme Marie-Claude Léonard, ont procédé à l’inauguration du garage souterrain Côte-Vertu de la STM destiné aux trains du métro de Montréal.

Ce nouveau garage permet d’ajouter 10 espaces de stationnement pour les trains du métro et d’avoir un équilibre de chaque côté de la ligne orange. Grâce à cette infrastructure, il sera possible d’assurer une augmentation de l’offre de service pouvant aller jusqu’à 25 % aux heures de pointe sur la ligne orange et de soutenir la croissance de l’achalandage, notamment en vue du prolongement de la ligne bleue.

Trois bâtiments de surface ont également été construits dans le cadre de ce projet :

  • deux structures auxiliaires qui servent respectivement de sorties de secours pour le personnel et d’accès à un poste de ventilation mécanique;
  • un troisième bâtiment donnant accès au garage souterrain ainsi qu’à l’atelier d’entretien des trains AZUR.

Par ailleurs, la STM s’est vue décerner, en septembre dernier, la reconnaissance Envision platine pour ce projet, soit la plus haute distinction en développement durable pour les projets d’infrastructure et une première au Canada pour un projet de transport collectif. Une plaque a d’ailleurs été dévoilée pour souligner cette reconnaissance et sera installée ultérieurement sur un bâtiment d’accès au garage.

« Notre gouvernement veut créer des villes où il fait bon vivre et, pour ce faire, il faut que les résidents soient capables de se déplacer de façon pratique et abordable. Le tout nouveau garage Côte-Vertu, que nous inaugurons aujourd’hui, permettra à la Société de transport de Montréal d’ajouter plus de trains de métro sur la ligne orange durant les heures de pointe pour ainsi répondre à la croissance d’achalandage prévue pour les prochaines années. Il s’agit d’une excellente nouvelle qui aura des répercussions positives sur le quotidien des gens de Montréal et de Saint-Laurent en améliorant la fluidité et l’efficacité des déplacements en métro. »

La députée fédérale de Saint-Laurent, Emmanuella Lambropoulos, au nom de l’honorable Dominic LeBlanc, ministre des Affaires intergouvernementales, de l’Infrastructure et des Collectivités

« Notre gouvernement fait du transport collectif une priorité pour la métropole. Il s’agit non seulement d’un moyen important pour se déplacer, mais aussi une façon importante de décongestionner la grande région de Montréal et d’atteindre nos objectifs de réduction de gaz à effet de serre. En ce sens, le garage Côte-Vertu permettra d’améliorer la fréquence, la fluidité et la fiabilité de la ligne orange. Il s’agit d’un gain majeur pour les usagers du transport collectif. C’est avec des infrastructures qui assurent une efficacité du service comme le permettra le garage que nous allons continuer d’inciter les citoyens à prendre le transport collectif. »

 Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal

« Montréal s’est donné comme objectif d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050. Pour y arriver, nous devons être en mesure de proposer à la population des alternatives à l’auto solo qui soient fiables et efficaces. La STM est un partenaire majeur dans l’atteinte de cet objectif. La concrétisation de ce projet est une excellente nouvelle puisqu’il permettra éventuellement d’augmenter la fréquence du métro sur la ligne orange et de rendre ce service encore plus attrayant pour la clientèle. »

La mairesse de Montréal, Valérie Plante

« Cette grande réalisation démontre tout le savoir-faire de la STM en matière de gestion de grands projets d’infrastructure. D’ailleurs, l’expertise et les nombreux apprentissages acquis avec la réalisation de ce projet sont directement transférables au projet du prolongement de la ligne bleue et représente un atout majeur pour le bureau de projet. »

Marie-Claude Léonard, directrice générale par intérim de la STM

Faits saillants

  • Construit au coût de 492,3 M$ avant les frais de financement à long terme, ce projet a été financé par les gouvernements du Québec et du Canada.
  • Les travaux de ce garage avaient débuté en mai 2017.
  • 25 trains sont stationnés sur la branche Est de la ligne orange aux garages des stations Henri-Bourassa et Montmorency et un total de 20 espaces de stationnement sont maintenant disponibles sur la branche Ouest, dans le secteur Côte-Vertu.
  • L’ajout d’un appareil de voie en avant-gare de la station Côte-Vertu permettra, lorsque l’achalandage le justifiera, d’augmenter la fréquence de service jusqu’à 25 % sur la ligne orange aux heures de pointe.
  • La reconnaissance de niveau platine obtenue pour ce projet est la plus haute distinction décernée par l’Institute for Sustainable Infrastructure (ISI). La reconnaissance Envision est le principal outil de développement durable utilisé en Amérique du Nord pour les projets d’infrastructures d’envergure.

Lancement du processus en vue de l’utilisation d’un tunnelier pour le prolongement de la ligne bleue

La STM, maître d’œuvre et gestionnaire du projet de prolongement de la ligne bleue du métro, lance aujourd’hui un Avis de qualification pour la construction du tunnel pour le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal.

Source: https://bit.ly/3JVexXU

Il est prévu que l’excavation se fasse principalement par tunnelier. Cet équipement spécialisé sera aussi utilisé pour l’installation des voussoirs de béton préfabriqué du tunnel.

« Il s’agira d’une première utilisation d’un tunnelier dans l’histoire de la STM. Son usage accélèrera le processus d’excavation et contribuera à la qualité des infrastructures du tronçon prolongé de la ligne bleue du métro de Montréal »

Marie-Claude Léonard, directrice générale par intérim de la STM.

« La publication de l’avis de qualification est une excellente nouvelle pour la STM et c’est une étape de plus dans la réalisation de ce projet structurant pour la STM, ses clients et les citoyens de l’Est de la ville »

Éric-Alan Caldwell président du conseil d’administration de la STM.

Multiples avantages

Cette méthode d’excavation et de construction des tunnels permet une exécution plus rapide des travaux que les méthodes traditionnelles, ce qui contribuera au respect de l’échéancier. Champion dans les sous-sols composés de roc, comme c’est le cas sur le tracé de la ligne bleue, le tunnelier comporte aussi l’avantage d’être moins perceptible par le voisinage en surface tout en causant moins de bruit et de vibrations.

Le recours à cet équipement spécialisé offre également des résultats durables et on estime également que les parois du tunnel seront beaucoup plus étanches, grâce aux voussoirs de béton préfabriqués qui seront installés au fur et à mesure de sa progression. D’un point de vue environnemental, cette véritable usine souterraine mobile a également l’avantage de requérir, pour son fonctionnement, une alimentation électrique, donc moins polluante.

On estime que le tunnelier utilisé pour les travaux d’excavation du prolongement de la ligne bleue parviendra à avancer à une cadence de 13 à 15 mètres par jour, en moyenne.

Quel nom pour le tunnelier

Le public sera appelé à contribuer, puisqu’un appel de propositions, dont les modalités seront dévoilées après que le contrat eut été attribué, sera lancé pour choisir le nom du tunnelier.

Schéma technique d’un tunnelier

La STM offre un nouveau minibus pour un service de navette de la Mission Old Brewery

Source: https://bit.ly/3v9UWxB

Dans le cadre d’une nouvelle entente, la Société de transport de Montréal (STM) offre un minibus accessible aux personnes à mobilité réduite, en plus d’en assurer l’entretien durant toute sa vie utile. Ce minibus permettra à la Mission Old Brewery (OBM) d’effectuer les déplacements de sa clientèle vulnérable.

Ce nouveau véhicule de plus petite dimension et avec une identité visuelle distincte est offert en remplacement du Solidaribus initialement prêté en 2020. Il offrira notamment une plus grande flexibilité à OBM pour livrer un service de navette spécialisé aux personnes en situation d’itinérance se déplaçant vers les services d’hébergement d’urgence et les différentes ressources d’accueil.

Comme ce fut le cas pour le Solidaribus, la Ville de Montréal assumera pour sa part le salaire du chauffeur, des intervenants psychosociaux et les frais de carburant.

Ce minibus sillonnera les rues du grand centre-ville, du lundi au dimanche, de 16 h à minuit, avec un intervenant de OBM à bord. Il facilitera ainsi les déplacements sécuritaires de plusieurs personnes chaque nuit ayant besoin d’un toit, de services d’accompagnement ou d’un endroit pour un répit de la rue et ses conditions.

Rappelons que ce service est complété par la deuxième navette déjà en opération depuis plusieurs années par la Mission Old Brewery lors des heures de grand achalandage et qui est maintenant facilement repérable avec un habillage identique.

Le directeur général de la STM quittera ses fonctions le 2 avril

Source: https://bit.ly/3BpcSqL

Le président du conseil d’administration de la Société de transport de Montréal, Éric Alan Caldwell, annonce le départ du directeur général, Luc Tremblay, au 2 avril prochain.

M. Tremblay a avisé le conseil d’administration aujourd’hui qu’il ne désirait pas renouveler son contrat qui venait à échéance le 31 décembre prochain. 2022 étant une année de préparation du prochain plan stratégique organisationnel 2030, qui définira les dix prochaines années, les parties ont convenu d’un départ le 2 avril prochain.

« Après 28 ans à la STM, dont près de sept ans et demi comme directeur général, M. Tremblay peut partir la tête haute avec le sentiment du devoir accompli. Travailleur infatigable, il aura mené la STM à travers plusieurs transformations importantes, en plus de la guider au cours de la pandémie.  Sous sa gouverne, la STM est parvenue à se doter d’une capacité d’exploitation sans précédent (arrivée des 300 bus, nouveaux trains Azur), à améliorer l’état de ses infrastructures et à augmenter significativement le niveau de satisfaction de sa clientèle, qui a grimpé de 12 points en cinq ans pour atteindre 76 %. 

Son attachement profond pour l’entreprise, sa passion contagieuse et son souci constant d’améliorer l’expérience client ont fait de lui un leader inspirant dont les qualités de gestionnaire étaient reconnues. Ses nombreux accomplissements forgeront le transport collectif pour les années à venir », a indiqué le président.

« La STM est une entreprise exceptionnelle, parmi les dix premières en importance au Québec, qui compte sur près de 11 000 employés dévoués, passionnés et hautement compétents. Je suis fier d’avoir fait partie de cette grande entreprise et je tiens à remercier chacun d’entre eux pour leurs efforts quotidiens. 

Au-delà de la crise sanitaire, il y a la crise environnementale qui perdure et pour laquelle il n’y a pas de vaccin. La STM doit jouer un rôle de premier plan dans la lutte aux GES et a présentement plusieurs leviers en main pour être le fer de lance en la matière. Il lui manque toutefois deux éléments fondamentaux pour débloquer son plein potentiel : une refonte du financement des transports collectifs et une gouvernance métropolitaine efficace. 

La structure de financement actuelle, qui date des années 90, est totalement déconnectée des nouveaux besoins pour notre secteur. Les ambitions pour les transports collectifs ne sont tout simplement plus en adéquation avec les ressources disponibles. 

En ce qui a trait à la gouvernance métropolitaine, elle est actuellement dysfonctionnelle à plusieurs égards et tarde à livrer les bénéfices qui devait y être associés, ce qui a pour effet de plomber l’essor du transport collectif dans la région. Il s’agit là des grands chantiers incontournables des prochaines années. S’ils sont couronnés de succès, la STM pourra aller encore plus loin et faire ce qu’elle fait de mieux depuis 160 ans : déplacer et transformer Montréal », a ajouté M. Tremblay.

Entré à la STM en 1994, Luc Tremblay a occupé tous les niveaux de gestion à la STM au sein de la Direction exécutive Finances, en plus d’en avoir été le trésorier de 2007 à 2014, année où il a été nommé directeur général.

Le conseil d’administration de la STM entamera un processus d’embauche afin de remplacer M. Tremblay.

La STM testera sur son réseau de bus un système à la fine pointe de la technologie combinant caméras et écrans à haute définition en remplacement des rétroviseurs.

Source: https://bit.ly/3tk0V3G

Dans le cadre d’un projet pilote qui place la Société de transport de Montréal parmi les pionniers en Amérique du Nord, la STM testera sur son réseau de bus un système à la fine pointe de la technologie combinant caméras et écrans à haute définition en remplacement des rétroviseurs. Au courant des prochains jours, deux bus dotés de ces équipements seront mis en service clientèle pour une période d’essai d’un an. Des bénéfices pour la sécurité de l’ensemble des usagers de la route sont attendus.

C’est un jalon important dans la démarche d’essais, de validation et de mise au point amorcée avant la pandémie, alors que le système a pu être éprouvé en circuit fermé dans différentes conditions d’exploitation. « Les chauffeurs ayant participé aux essais sont très enthousiastes et je salue l’implication des représentants du syndicat. C’est un projet prometteur où l’esprit d’innovation de nos équipes est mis à profit pour solutionner des problématiques bien concrètes et qui s’inscrit dans le principe de Vision Zéro soutenu par la Ville de Montréal. », a déclaré Marie-Claude Léonard, directrice exécutive Exploitation Bus et métro, STM.

Bénéfices multiples

Le système de rétrovision par caméra contribue à réduire les angles morts du véhicule, notamment lors des virages à gauche et améliore le champ de vision du chauffeur, tout en permettant une meilleure visibilité même dans des conditions difficiles (nuit, contrejour, tunnel, pluie, neige, etc.). Ce projet pilote devrait donc contribuer à accroître la sécurité de l’ensemble des usagers de la route et s’inscrit dans la démarche d’amélioration continue de la STM à cet égard. 

Un bénéfice additionnel escompté réside dans la durabilité d’un tel système. Chaque jour, des bus doivent être immobilisés ou retournés au garage en raison d’accrochages qui occasionnent des bris. Leur remplacement par des caméras beaucoup plus compactes et robustes devrait permettre de garder les bus sur la route plus longtemps. La STM évaluera également si des économies potentielles à long terme pourraient être dégagées, en tenant compte de la durée de vie estimée d’un tel dispositif.

Un système ingénieux

L’emplacement des écrans affichant les images issues des caméras, sur les piliers de gauche et droite qui entourent l’habitacle de conduite, vise à permettre aux chauffeurs de conserver leurs habitudes de balayage visuel au volant. Ils seront ainsi en mesure de passer facilement d’un bus doté de rétroviseurs réguliers à un véhicule muni de caméras.

Pour maximiser l’efficacité du système, notamment face aux conditions hivernales, les équipes de la STM ont conçu un ingénieux système afin de garder propre la lentille de la caméra. Utilisant le système pneumatique déjà présent sur l’ensemble des véhicules, ce dispositif permet de diriger, au besoin ou de façon automatisée, un jet d’air pulsé sur la lentille de la caméra pour la nettoyer.

Un réseau de surface qui se modernise

Dans le cadre du projet pilote, la STM visera à évaluer la performance du système sous différentes conditions, sa robustesse et sa fiabilité, ainsi que son appréciation par les chauffeurs. Les résultats de ces essais contribueront à alimenter la réflexion de la STM pour évaluer la possibilité de doter ses véhicules, actuels et futurs, de ces équipements.  Avec le virage vers l’électrification qui est bien amorcé, c’est un autre signe tangible de la modernisation du réseau de bus de la STM!

Mobilité inclusive – Résultats probants de projets pilotes et nouvelle offre de service de la STM : un programme d’apprentissage sur mesure pour les clients ayant des limitations fonctionnelles

Par l’entremise d’une évaluation du profil de mobilité de chaque client, d’une formation théorique de groupe et d’entrainements individuels, le programme vise à faciliter l’utilisation des réseaux réguliers de bus et de métro pour les clients ayant des limitations motrices, intellectuelles, cognitives, un trouble du spectre de l’autisme, un trouble du langage et, à terme, une limitation auditive. Ce nouveau programme favorise ainsi la sécurité et l’autonomie des clients.

Ainsi, pour 60 % des 24 clients formés en 2019 dans le cadre de deux projets pilotes, les réseaux réguliers de la STM sont devenus une nouvelle option de déplacement.

En 2021, 60 nouveaux clients seront formés, alors que l’objectif est d’en former 150 en 2022 et 325 en 2023.

« Le transport collectif joue un rôle important pour améliorer la mobilité dans la région métropolitaine. En conséquence, nous devons le rendre attractif et accessible pour le plus grand nombre. C’est pour cette raison que je suis très fière de l’apport de notre gouvernement à ce magnifique projet. Je félicite la STM pour son engagement envers sa clientèle et je tiens particulièrement à féliciter les usagers du programme, car ils font preuve de beaucoup de détermination dans l’adoption de ce nouveau mode de déplacement », a souligné madame Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal.

« La clientèle qui utilise le transport adapté, malgré qu’il soit un service essentiel et apprécié, manifeste la volonté de se déplacer plus spontanément et cela se traduit nécessairement par l’utilisation des réseaux réguliers de bus et métro qui sont de plus en plus accessibles. Notre programme vise donc à outiller cette clientèle. D’ailleurs, pour que l’expérience soit conviviale et efficace, chaque personne sera accompagnée individuellement tout au long de son parcours d’apprentissage », a indiqué Éric Alan Caldwell, président du conseil d’administration de la STM.

« J’ai appris à faire mon propre trajet. Je n’ai plus besoin d’appeler une journée d’avance pour réserver un déplacement. Je peux donc aller où je veux quand je le veux. C’est vraiment l’avantage d’utiliser le transport en commun », a expliqué Nana-Asiya, une cliente qui a suivi le programme d’apprentissage.

Ce programme a été entièrement développé par la STM, mais a été rendu possible grâce à la collaboration de différents partenaires, dont :

  • Le Centre de service scolaire de Montréal et l’école secondaire Joseph-Charbonneau;
  • Le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal;
  • Des chercheurs provenant de l’Université Mc Gill, l’Université de Montréal, l’Université Laval à Québec, l’UQÀM et Société inclusive;
  • Le Regroupement des usagers du transport adapté et accessible de l’île de Montréal (RUTA);
  • Le ministère des Transports du Québec;
  • L’Autorité régionale de transport métropolitain.

« En tant que partenaire, le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (CCSMTL) est heureux d’avoir pu contribuer à la réflexion entourant la mise sur pied de ce programme d’apprentissage dont les résultats sont extrêmement positifs pour les citoyens ayant des limitations fonctionnelles. La santé de notre population en milieu urbain passe aussi par l’inclusion et par l’accessibilité aux services, incluant le transport collectif. C’est par des initiatives comme celle-ci, qu’ensemble, nous pouvons faire une différence pour nos usagers! », a déclaré Sonia Bélanger, présidente-directrice générale du CCSMTL. 

« C’est une grande fierté pour le CSSDM d’avoir participé à ce projet-pilote. Je remercie chaleureusement l’équipe de l’école Joseph-Charbonneau, ses élèves, les membres du personnel du CSSDM et l’ensemble des partenaires, qui ont permis à ce projet porteur de voir le jour. Le fait de savoir que celui-ci va avoir un impact significatif dans la vie de milliers de Montréalaises et de Montréalais est une source de joie et de satisfaction immense », a déclaré Mme Francyne Fleury, Directrice générale intérimaire du CSSDM.

« Nous souhaitions proposer un programme profondément ancré dans la communauté. Pour cela, il nous fallait nous adjoindre des partenaires qui œuvrent déjà en faveur de l’autonomie des personnes ayant des limitations fonctionnelles et sauraient contribuer à leur inclusion sociale », a conclu Luc Tremblay, directeur général de la STM.

Début des essais avec clientèle pour les nouveaux bus électriques de la STM 

Certains clients chanceux auront enfin l’opportunité de pouvoir monter à bord de nos nouveaux bus électriques à grande autonomie pour des essais avec clientèle.


La STM amorce aujourd’hui une nouvelle phase d’essais de ses nouveaux bus électriques à grande autonomie, alors que des véhicules circuleront en service clientèle sur différents circuits au courant du mois de décembre. Ce sera une première occasion pour le public de monter à bord, alors que cette période de tests qui s’étalera sur quelques semaines représente une des dernières étapes de validation de la performance avant la mise en service officielle.

L’objectif principal de cette phase d’essais est de valider tous les aspects du fonctionnement des bus qu’il n’était pas possible de valider durant les tests sans clientèle, dont l’embarquement et le débarquement des clients, l’affichage de l’information en temps réel, la validation du système de paiement, l’évaluation du confort, etc.  

Ces validations nécessitent un nombre limité de bus et les tests à effectuer dictent le choix des circuits et des horaires. La STM est consciente que ses clients ont hâte d’en faire l’essai et partage leur enthousiasme, mais il est seulement possible de préciser que les essais s’effectueront sur des lignes rattachées au centre de transport Stinson, donc desservant les secteurs ouest et nord-ouest de la ville.

Rappelons qu’en tout, la STM a fait l’acquisition de 30 bus électriques à grande autonomie du fournisseur canadien New Flyer. Si les essais des prochaines semaines se déroulent comme prévu, la Société est confiante de pouvoir mettre en service l’ensemble des nouveaux véhicules à l’hiver 2022 et de poser un nouveau jalon dans son virage déjà bien amorcé vers l’électrification du réseau de surface.

Arrivée des 300 bus: La STM réalise l’agrandissement de trois centres de transport existants

Dans le cadre de sa stratégie d’accueil des 300 bus, la Société de transport de Montréal (STM) annonce la réalisation des travaux d’agrandissement dans les trois centres de transport prévus, ce qui permet d’accueillir un total de 160 bus supplémentaires.



Ainsi: 

  • ▪️Le centre de transport Legendre peut accueillir 56 bus supplémentaires;
  • ▪️Le centre de transport Saint-Laurent peut accueillir 52 bus supplémentaires;
  • ▪️Le centre de transport Anjou peut accueillir 52 bus supplémentaires.

En plus des stationnements pour bus, les agrandissements comportent de nouvelles baies d’entretien avec des passerelles pour favoriser l’accès au toit des véhicules et des ponts roulants, des espaces pour les employés, des salles de réunion, de même que des emplacements pour les installations électriques et mécaniques, notamment pour la recharge éventuelle des bus électriques. Les trois agrandissements comportent aussi un toit vert.

Les travaux dans les trois centres de transport ont été réalisés au coût de 219 M$.

Une stratégie d’accueil des 300 bus en cinq points

Il s’agit de la 3e solution complétée de la stratégie d’accueil des 300 bus qui prévoit :

  • ▪️Le réaménagement d’un bâtiment industriel en location pour cinq ans afin d’accueillir 50 bus – complété en 2019;
  • ▪️La réfection de la toiture du Centre de transport St-Denis afin de prolonger sa durée de vie bus – complétée en 2019;
  • ▪️L’agrandissement de trois centres de transport existants – Anjou, Legendre, St-Laurent – pouvant accueillir, au total, 160 bus supplémentaires – complété en 2021
  • ▪️La construction du Centre transport de Bellechasse, débutée en 2019, pour une mise en service en 2023;
  • Le début des études pour la construction d’un centre de transport dans l’Est de Montréal.

Source: https://bit.ly/36tWyGL