Archives de catégorie : Douane

[Montana] Une canadienne arrêté au volant de son camion pour contrebande de cocaïne

Sweetgrass, MT – Une routière du Canada fait face à des accusations de contrebande après avoir été arrêtée avec de la cocaïne la semaine dernière.

Selon le U.S. Customs and Border Protection (CBP), les agents de l’Office of Field Operations Area Port of Sweetgrass ont saisi 69,5 lb. de cocaïne d’une grosse plate-forme le jeudi 29 juillet.

Alors qu’ils effectuaient des opérations de surveillance, les agents du CBP ont interceptés le camion commercial conduit par la citoyenne canadienne dont l’identité n’a pas été divulguée.

La remorque avait un chargement de pastèques et de poivrons destinés au Canada.

Les agents ont renvoyé le camion pour une inspection plus approfondie.

Lors d’une inspection approfondie du camion et de la remorque, le CBP a mentionné que les agents avaient découvert des sacs dissimulés dans la cargaison.

Ces sacs contenaient une substance testée positive à la cocaïne.

« En utilisant des outils de haute technologie, nos agents de première ligne du CBP ont utilisé une combinaison de leur formation et de leur expérience pour détecter et saisir 69,5 lbs. de cocaïne dans l’environnement du fret », a déclaré Jason Greene, directeur du port de zone, Sweetgrass Port of Entry. « La capacité de faciliter le commerce et les voyages licites tout en maintenant l’accent sur l’application de la loi est essentielle à notre mission de sécurité frontalière. »

La femme a été placé en état d’arrestation et l’affaire a été transmise au bureau du procureur des États-Unis pour poursuites.

Source: https://bit.ly/3fyAKyy

Plus d’une tonne de marijuana saisie dans un semi-remorque à la douane de Détroit au Michigan

Les agents des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (CBP) à Détroit ont récemment saisi plus de 2500 livres de marijuana cachées dans un semi-remorque.

La saisie de drogue a eu lieu le 21 juillet au Fort Street Cargo Facility à Detroit, Michigan.

Le CBP a mentionné qu’un camion entrant transportait une charge se manifestant par des bouchons en aluminium. Pour être certain, les agents l’ont envoyé pour une inspection secondaire.

Les agents ont effectué un rayon X, qui a donné des résultats incompatibles avec les marchandises présumées à l’intérieur de la remorque.

Le CBP a ensuite effectué une fouille physique de la remorque et a découvert 2 583 livres de marijuana cachées parmi plusieurs palettes.

Les autorités ont saisi la marijuana, le camion et la remorque.

Le CBP signale une augmentation de la contrebande par tous les points d’entrée du Michigan depuis le début de la pandémie de COVID-19.

« Alors que les opérations sur le terrain du CBP continuent de faciliter le commerce et les voyages licites, l’interdiction des drogues reste une priorité pour l’application de la loi. » a déclaré le directeur du port Devin Chamberlain. « Les hommes et les femmes du CBP continuent de travailler pour empêcher que des substances dangereuses et non réglementées ne se retrouvent dans les rues des États-Unis. »

Les douaniers canadiens pourraient être en grève dès le 6 août


(Ottawa) Les douaniers canadiens menacent de déclencher la grève à compter du 6 août, ce qui pourrait sérieusement perturber la réouverture de la frontière aux touristes américains, prévue le 9 août.

La Presse Canadienne


L’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et le Syndicat des douanes et de l’immigration (SDI) ont annoncé mardi que les quelque 9000 travailleurs de l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) ont « massivement » voté en faveur de la grève, mais ont refusé de donner les proportions du vote.

La grève surviendrait ainsi trois jours avant que les citoyens américains pleinement vaccinés obtiennent le droit de visiter le Canada sans devoir faire une quarantaine de deux semaines. 

Bien qu’un nombre imposant d’entre eux doivent assurer les services essentiels à la frontière et dans les centres de Postes Canada qui traitent le courrier d’outre-frontière, les porte-parole syndicaux ont précisé qu’un arrêt de travail ralentirait considérablement le passage des personnes et des biens aux frontières, de même que le courrier. 

De plus, ils n’écartent pas la possibilité de faire des grèves du zèle, notamment de ne pas percevoir les droits et taxes sur les biens entrants. 

Les syndiqués sont sans contrat de travail depuis trois ans et les négociations ont été rompues en décembre dernier. En mai, l’employeur s’est adressé à la Commission de l’intérêt public comme il se doit dans une telle situation et le rapport de celle-ci est attendu incessamment.

Les porte-parole syndicaux ont précisé en conférence de presse virtuelle mardi matin que la grève pourrait être évitée si l’employeur revient à la table de négociation avec de nouvelles offres. Ils espèrent que le rapport de la Commission, dont les recommandations sont non-contraignantes, pourra inciter le gouvernement fédéral à revoir sa position. 

Ils réclament un assainissement du climat de travail, qu’ils qualifient de toxique en raison de mesures disciplinaires constantes et exagérées et de harcèlement des employés. Ils réclament également la parité avec le personnel des forces de l’ordre à travers le pays. 

En contrepartie, ils reprochent à l’employeur de réclamer des concessions importantes, notamment de ramener le délai de sept jours pour un rappel au travail à 48 heures et de rendre plus difficiles les absences du travail sans solde pour des raisons familiales. 

En plus de permettre aux citoyens américains pleinement vaccinés de visiter le Canada à compter du 9 août, le gouvernement prévoit aussi d’ouvrir les frontières du pays aux visiteurs pleinement vaccinés des autres pays à partir du 7 septembre.

[Canada] Fin de l’obligation de la quarantaine pour les voyageurs dès le 5 juillet prochain

À compter du 5 juillet à 23 h 59, heure avancée de l’Est, les voyageurs entièrement vaccinés qui sont autorisés à entrer au Canada ne seront plus soumis à l’obligation fédérale de se mettre en quarantaine ou de subir un test de dépistage de la COVID-19 au huitième jour suivant leur arrivée. De plus, les voyageurs aériens entièrement vaccinés ne seront pas tenus de séjourner dans un hôtel autorisé par le gouvernement.

Pour être considérés comme entièrement vaccinés, les voyageurs doivent avoir reçu toutes les doses d’une série d’un vaccin – ou d’une combinaison de vaccins – contre la COVID-19 autorisé par le gouvernement du Canada au moins 14 jours avant leur arrivée au Canada. À l’heure actuelle, ces vaccins sont fabriqués par Pfizer, Moderna, AstraZeneca (COVISHIELD) et Johnson & Johnson (Janssen). Les voyageurs peuvent recevoir leur vaccin dans n’importe quel pays et doivent fournir les documents justificatifs attestant qu’ils ont été vaccinés en anglais ou en français, ou au moyen d’une traduction certifiée conforme.

Pour pouvoir bénéficier de ces nouvelles mesures, les voyageurs entièrement vaccinés doivent tout de même satisfaire à toutes les autres exigences obligatoires, notamment l’obligation relative aux tests effectués au préalable et à l’arrivée. Le maintien des tests de dépistage permettra aux experts de la santé publique de continuer à surveiller les proportions de résultats positifs au dépistage de la COVID-19 à la frontière, de surveiller les cas liés aux variants préoccupants et d’apporter d’autres modifications aux mesures frontalières au besoin.

Les voyageurs entièrement vaccinés doivent également être asymptomatiques, posséder une copie papier ou numérique de leurs documents de vaccination et fournir des renseignements sur la COVID-19 électroniquement par l’intermédiaire d’ArriveCAN avant leur arrivée au Canada. Ils doivent encore présenter un plan de quarantaine approprié et être prêts à se mettre en quarantaine, au cas où il serait déterminé à la frontière qu’ils ne remplissent pas toutes les conditions requises pour être exemptés de l’obligation de mise en quarantaine.

À l’instar de tous les autres voyageurs bénéficiant d’une exemption, ils devront respecter les mesures de santé publique en place, comme le port d’un masque dans l’espace public, et conserver pendant les 14 jours qui suivent leur entrée au Canada une copie de leurs documents de vaccination et des résultats de leurs tests, ainsi qu’une liste de leurs contacts étroits.

Pour les voyageurs qui ne sont pas entièrement vaccinés, les mesures frontalières actuellement imposées par le Canada demeurent inchangées. Les voyageurs doivent continuer de respecter les exigences actuelles en matière de tests ainsi que l’obligation fédérale de mise en quarantaine, lesquelles se sont avérées efficaces pour réduire l’importation de cas et la transmission de la COVID-19 et des variants au Canada, et continuer de fournir des renseignements sur la COVID-19 électroniquement par l’intermédiaire d’ArriveCAN avant leur arrivée au Canada. Les voyageurs aériens non vaccinés doivent également réserver un séjour de trois nuits dans un hôtel autorisé par le gouvernement avant leur départ vers le Canada.

La réponse du gouvernement du Canada à la pandémie de COVID-19 continuera d’être axée sur la santé et la sécurité des Canadiens. Suivant l’évolution des taux de vaccination, du nombre de cas et du nombre d’hospitalisations, le gouvernement du Canada pourra envisager de cibler de façon plus précise les mesures aux frontières – et de les lever ou de les modifier le moment venu – pour assurer la sécurité des Canadiens et la bonne marche de l’économie.

Une expédition commerciale d’essuie-tout révèle 2,4 millions de dollars de marijuana dissimulée

Plus de 100 livres de marijuana ont été saisies le 26 mars dans un semi-remorque à New York.

La contrebande a été découverte au Peace Bridge Cargo Facility à Buffalo, New York.

Selon Shore News, le semi-remorque documenté comme transportant des serviettes en papier et du détergent pour lave-vaisselle a été sélectionné pour un examen supplémentaire alors qu’il tentait de traverser le point de contrôle. L’inspection complémentaire non intrusive a révélé des «anomalies» à l’intérieur de la remorque, ce qui a conduit à une enquête encore plus approfondie.

Le Border Protection K9 a alors été alerté sur l’une des palettes à l’intérieur de la remorque, conduisant à la découverte de 1227 livres de paquets de marijuana scellés sous vide.

Les colis ont une valeur marchande estimée à 2,4 millions de dollars.

«Les contrevenants se donnent beaucoup de mal pour faire passer de la contrebande illégale aux États-Unis», a déclaré Gaetano Cordone, directeur par intérim du port de Buffalo. «Le personnel dévoué et travailleur du port de Buffalo continue d’utiliser avec succès sa formation et son expertise pour protéger notre grande nation.

Source: https://bit.ly/3diZk4p

Un groupe d’experts et d’ex-politiciens tire la sonnette d’alarme

Un groupe de travail constitué par l’Institut canadien du Wilson Center, établi à Washington, a réuni plusieurs experts du commerce international et des voyages pour réfléchir sur la marche à suivre.

La Presse Canadienne

Le consensus écrasant : le temps presse. 

Les attentats terroristes du 11 septembre 2001 ont produit des images bouleversantes — les avions de passagers s’écrasant sur les tours, des survivants couverts de poussière trébuchant dans les rues et des files interminables de 18 roues aux passages frontaliers entre le Canada et les États-Unis, a souligné l’ancienne ministre libérale de la Sécurité publique, Anne McLellan. 

La pandémie n’a produit aucune image comparable et n’a donc pas réussi à susciter chez les gens et le gouvernement le même degré d’alarme, a déclaré Mme McLellan, membre du groupe de travail. 

Après le 11 septembre, « il y avait urgence, il y avait de la peur, il y avait un certain degré de panique des deux côtés de la frontière, pour des raisons évidentes », a-t-elle dit.

« Chaque minute aux nouvelles, ce visuel, encore et encore, a été si puissant pour aider les Canadiens et les Américains à comprendre qu’il y avait quelque chose de profondément différent ici — quelque chose que quelqu’un devait réparer. » 

En plus des conséquences économiques bien documentées, en particulier au sein des communautés proches de la frontière, les restrictions de voyage depuis un an font des ravages sur la santé mentale, selon le groupe de travail. 

« Je pense que certains des impacts les plus importants sont les coûts sociaux que nous ne pouvons tout simplement pas monétiser, comme ne pas pouvoir être présent pour la naissance d’un enfant ou la mort d’un être cher », a déclaré Laurie Trautman, directrice du Border Policy Research Institute de l’Université Western Washington à Bellingham. 

« Je pense qu’une grande partie de ces répercussions, qui sont ressenties dans bon nombre de régions des États-Unis et du Canada, est vraiment éclipsée par les impacts que nous pouvons monétiser. »

L’ancien premier ministre du Québec Jean Charest, membre du groupe de travail, a souligné le niveau soutenu et « brutal » de l’animosité canadienne à l’égard de l’idée de voyageurs américains — une attitude peu caractéristique qu’il attribue en partie au mandat de l’ancien président Donald Trump.

« J’espère que l’élection de (Joe) Biden changera cela, mais qu’en est-il à très court terme ? » 

Un système électronique à la frontière ? 

Alan Bersin, ancien officier diplomatique en chef du département américain de la Sécurité intérieure et membre du groupe d’experts, a présenté une stratégie détaillée à plusieurs volets que les États-Unis et le Canada devraient adopter conjointement.

« J’ai été frappé de voir à quel point les Canadiens s’opposaient massivement à ce que les Américains se rendent au Canada

 Jean Charest, ex-premier ministre du Québécois

24 millions de dollars de méthamphétamine camouflés en seaux de peinture découverts à l’intérieur d’un semi-remorque au Texas

Cette semaine, 24 millions de dollars de méthamphétamine ont été découverts dans un semi-remorque à destination des États-Unis au Texas.

La méthamphétamine a été découverte le mercredi 3 mars au port d’entrée américain de Laredo, au Texas.

Selon le Charlotte Alerts News, le semi-remorque avait une cargaison de peinture acrylique en provenance du Mexique et a été renvoyé à une inspection du système d’imagerie canine et non intrusive, qui a abouti à la découverte des 28 seaux remplis de 1234,58 livres de méthamphétamine.

Les agents ont saisi les stupéfiants et ont remis l’affaire aux agents spéciaux des États-Unis en matière d’immigration et d’application des douanes et des enquêtes sur la sécurité intérieure.

Source: https://bit.ly/3rmt3iK

Un lot de marijuana retrouvés cachés dans une cargaison de papayes d’une valeur de 27 millions

Plus de 12 000 livres de marijuana ont été découvertes à l’intérieur d’un semi-remorque transportant des papayes cette semaine en Californie.

La contrebande a été découverte le lundi 22 février vers 17 h 45. au port d’entrée d’Otay Mesa en Californie.

Selon la patrouille des douanes et des frontières, la plate-forme a été envoyée au système d’imagerie à rayons X, où les agents des douanes et de la patrouille frontalière ont identifié des «anomalies» dans la remorque. Un chien de détection des drogues a été appelé et immédiatement alerté de l’envoi, ce qui a incité à une inspection plus approfondie.

Les agents ont inspecté le chargement et découvert 873 paquets enveloppés de marijuana cachés parmi le chargement de papayes.

Le camionneur mexicain âgé de 50 ans a depuis été placé en garde à vue par des agents des services d’immigration et des douanes américaines, des enquêtes sur la sécurité intérieure (HSI) et a été transporté au Metropolitan Correction Center de San Diego. Le camion, la remorque et les stupéfiants ont également été saisis.

Les 12 000 livres de marijuana ont une valeur marchande estimée à 27 millions de dollars.

«Les agents du CBP sont vigilants pour arrêter ceux qui ont l’intention de faire du transport illégal aux frontières, alors qu’ils tentent d’entrer aux États-Unis», a déclaré Anne Maricich, directrice par intérim des opérations sur le terrain pour le CBP à San Diego. «Leurs efforts d’application de la loi et leur expérience sont régulièrement mis à l’épreuve, et les résultats sont phénoménaux, car leur objectif est toujours de protéger le pays.»

Source: https://bit.ly/3dKU4IK

[ACQ] Chauffeurs entrant au Canada; clarifications supplémentaires à l’égard de l’application ArriveCan

Comme vous le savez, depuis la semaine dernière l’ACQ travaille avec l’Alliance canadienne du camionnage (ACC), l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) et Transports Canada pour que les exigences concernant l’application ArriveCan perturbent le moins possible la chaîne d’approvisionnement. 

D’après les commentaires reçus, l’ASFC s’est bel et bien assurée que les agents frontaliers acceptent les déclarations verbales et veillent à ce que les camions continuent de circuler en rencontrant le moins d’entrave possible. 

Dans les derniers jours, des questions sur la mise en œuvre de la politique nous ont été posées et on nous a signalé des problèmes techniques. Parmi les problèmes reportés, certaines pages Web ne se téléchargent pas et certaines adresses courriels ne sont pas compatibles avec ArriveCan. 

Nous avons également noté les préoccupations concernant la saisie exacte de la date et de l’heure d’arrivée qui ont eu une incidence sur le respect des exigences de conformité. L’ASFC a été informée par l’ACQ de ces difficultés et s’efforce actuellement de s’assurer que celles-ci ne sont pas entraînées par des problèmes autres que des augmentations de volume. 

Certains transporteurs nous ont également fait état des chauffeurs qui ne sont pas familiers avec les téléphones intelligents et la navigation Internet. Devant cet enjeu, l’ACQ s’est entendu avec l’ACC pour préparer du matériel didactique que les transporteurs pourront utiliser à des fins de formations. La vidéo tutorielle expliquera comment télécharger l’application ArriveCan et la façon de remplir adéquatement le formulaire en ligne.

Des infographies seront également incluses pour décrire les étapes à suivre. Cette initiative compte parmi l’une de nos présentes priorités et nous faisons le nécessaire pour transmettre le matériel didactique aux membres dans les meilleurs délais.  

D’autre part, nous avons été informés que certains douaniers comprennent à tort que les chauffeurs de camion professionnels sont exemptés d’utiliser ArriveCan. Cela étant, nous tenons à rappeler que l’application ArriveCan est une nouvelle exigence en matière de voyagepour tous les voyageurs qui désirent entrer au Canada y compris les camionneurs canadiens et américains. Pour l’instant, avec le concours de notre fédération, nous faisons les représentations nécessaires pour que l’exemption de tests COVID-19 à l’entrée au pays soit maintenue pour les chauffeurs de camion professionnels. 

L’ACQ continue de suivre ce dossier de très près et tiendra les membres informés dès que les informations supplémentaires seront disponibles.

[ArriveCAN] Nouvelle procédures pour votre traverser à la frontière canadienne

Effectivement, depuis minuit aujourd’hui, les personnes (même les travailleurs essentiels) doivent fournir des renseignements pour leur retour au Canada. 

Les renseignements doivent être transmis par voies électroniques AVANT de traverser la douane ou verbalement à votre arrivé. 

Donc voici les trois façons de vous y conformer:

◾️Application  ArriveCAN (Google play ou Apple)

◾️Sur le web (arrivecan) 

◾️Déclaration verbale (pour le moment)

La déclaration verbale n’est que temporaire et transitoire. Le délai de cette transition n’est pas encore connue. 

Sur l’application, une fois inscrit vous devez: 

◽️Choisir votre mode d’entré (terrestre)

◽️Après avoir lu les explications, vous devez cliquer sur l’onglet: JE COMPRENDS au bas de la page. 

◽️Ensuite, on vous demande si vous avez eu un résultat positif à la covid sur un échantillon prélevé de 14 à 90 jours avant votre arrivé au poste frontalier, cliquer sur oui ou non au bas de la page. 

◽️Ensuite, une autre page avec de l’information supplémentaire au bas vous cliquez sur l’onglet: JE COMPRENDS.

◽️La prochaine page vous demande si votre voyage est exempté et étant donné que le transport frontalier est exempté vous devez donc répondre oui au bas de la page. 

◽️La page suivante vous demandera de quel type est votre voyage exempté. Vous devez cocher: COMMERCE OU TRANSPORT (dernier choix au bas de la page) 

En terminant, vous devez enter le port d’entré où vous allez passer et indiquer date et heure de l’arrivé. Une fois fait, cliquez sur ENREGISTRER ET FERMER. 

Prenez le temps de répondre, car la moindre erreur peut affecter votre retour, vous placer dans une situation compliquée avec les agents et militaires sur place.

Vous avez des questions? Il est important de parler à la conformité de votre entreprise. Vous n’avez pas de téléphone intelligent? Vous pouvez le faire verbalement pour le moment.