Archives par mot-clé : USA

[Vidéo] Une chicane entre camionneurs aux pompes d’un « truck stop » captée à la caméra

Dans ce clip, on peut voir un homme avec un tuyau métallique à la main et une femme se disputer avec un conducteur d’un flatbed qui a apparemment garé sa son camion tout en  bloquant l’entrée aux pompes. 

Au fur et à mesure que la dispute avance, s’ensuit, l’homme avec le bâton  faisant des mouvements comme pour enfoncer la fenêtre de la camion. La femme attrape alors l’homme qui brandit la pipe par le bras, le convaincant apparemment de ne pas faire des dommages, mais l’argument est encore clairement non écouté.

Le couple s’éloigne finalement, manifestement pas satisfait du résultat de la dispute mais peu disposé à se lancer dans une véritable altercation. Le couple manœuvre ensuite son gréement autour du camion qui est arrêtée sur le chemin et prend sa place vers les pompes.

Alors que le couple s’aligne, un bobtail arrive, apparemment avec la même critique.

La chauffeur semble alors essayer de se frayer un chemin dans la vers les îlots de carburant, mais le conducteur du bobtail sort pour lui faire face, bien que moins dramatiquement que le couple avec le tuyau.

[Maine] Un semi-remorque rempli de vin passe près de heurter des travailleurs routiers

Un semi-remorque transportant des caisses de vin a heurté un camion stationné sur l’accotement le long d’une autoroute à péage du Maine.

L’incident s’est produit à 9 h 45 le 18 mars, au MM 92 Nord à Litchfield, selon la police de l’État du Maine.

William Rodney Harrington, 59 ans, de Hartford, Connecticut, conduisait le semi-remorque en direction nord lorsqu’il a dérivé sur l’accotement.

Les travailleurs  du Maine Turnpike Authority venaient de finir de ramasser les déchets de la journée le long de l’autoroute. Le conducteur et un passager étaient sortis d’une  camionnette pour récupérer des panneaux de construction, laissant le camion garé dans la voie de dépannage avec ses lumières clignotantes lorsqu’ils ont soudainement entendu le bruit du semi-remorque heurtant la bande de roulement.

Grâce au bruit, les travailleurs ont pu se déplacer en toute sécurité vers le fossé pour éviter le camion venant en sens inverse, a déclaré Shannon Moss, responsable des relations publique pour le département d’État de la Sécurité publique, a rapporté le Central Maine News.

Le semi-remorque a ensuite frôlé le camion inoccupé sur le côté et s’est renversé dans le fossé, renversant des caisses de vin dans le processus.

La voie nord de l’Interstate 95 à Litchfield a été fermée pendant la majeure partie de la journée  en raison de l’accident.

Michael Robinson, un ouvrier du Maine Turnpike âgé de 43 ans, a été blessé à la jambe par des débris projetés lors de l’accident. Il a été soigné à l’hôpital.

Harrington a été soigné pour des blessures mineures dans un hôpital local et a reçu une assignation au tribunal pour défaut de se déplacer et pour violation présumée du journal de bord.

Source: Central Maine News.

[USA] Insultes, attaques : la campagne de Trump et Biden dans les États-clés se tend davantage

AFP

Donald Trump dans le Nevada, son adversaire démocrate Joe Biden en Caroline du Nord: les deux candidats à la présidentielle Américaine se sont rendus dimanche dans des États-clés de l’élection avant une semaine cruciale de campagne, marquée par un regain d’agressivité. 

Comme en 2016, Donald Trump, fais une campagne de terrain effrénée avec plusieurs déplacements par jour. Arrivé samedi soir à Las Vegas, il s’est mêlé à des centaines de fidèles dimanche dans une église évangélique de la ville. Peu pratiquant, le milliardaire a déposé plusieurs billets de 20 dollars dans la corbeille de dons. Il devait ensuite s’exprimer devant ses supporteurs à Carson City, capitale du Nevada, État où il est devancé de cinq points par l’ancien vice-président.

Après avoir lui aussi participé à la messe à Wilmington et s’être recueilli sur la tombe de son fils Beau, Joe Biden s’est rendu à Durham, en Caroline du Nord. Il a appelé ses partisans à ne pas attendre le 3 novembre pour voter, notamment l’électorat afro-américain sur qui il compte pour l’emporter dans cet État où il devance de 2,7 points son adversaire.


« Cette nation est assez forte pour affronter avec honnêteté le racisme systémique et offrir des rues sûres aux familles et aux petits commerces qui sont trop souvent les plus touchés par les pillages et les incendies », a-t-il lancé, rendant notamment hommage à George Floyd, un Afro-américain tué par un policier blanc fin mai à Minneapolis.

Sa mort avait provoqué des émeutes dans la ville et une vague historique de colère contre le racisme.

Vétéran de la politique, Joe Biden mène de neuf points de pourcentage dans la moyenne nationale des sondages. Mais surtout, avec une marge plus étroite, dans les Etats qui peuvent basculer d’un parti à l’autre à chaque élection.

Alors que les deux candidats doivent se retrouver jeudi à Nashville pour le dernier débat présidentiel, le camp Trump a intensifié depuis quelques jours ses attaques contre M. Biden.

« Joe Biden est un homme politique corrompu, et tout le monde le sait », a affirmé dimanche le milliardaire sur Twitter.

En réunion samedi dans le Michigan, un autre État crucial pour l’élection, il avait traité Joe Biden de « criminel » qui représentait « un risque pour la sécurité nationale ».

Il s’en était aussi pris à la gouverneure démocrate de l’État, Gretchen Whitmer, qui a décrété des restrictions sévères pour lutter contre la pandémie de coronavirus, alors que la foule scandait: « Mettez-la en prison ».

« Irresponsable » 

Mme Whitmer a été visée par un groupe d’extrême droite qui projetait de l’enlever et de la juger pour « trahison ». Les individus ont été arrêtés la semaine dernière avant d’avoir pu mener à bien leur projet.

« C’est incroyablement perturbant » que le président « inspire, encourage et incite ce genre de terrorisme intérieur », a commenté dimanche sur NBC Gretchen Whitmer.


« Les gens sont frustrés avec cette gouverneure et cela n’a rien à voir avec cette tentative d’attaque contre elle », a affirmé sur CNN Laura Trump, la belle-fille du président, assurant que celui-ci ne faisait « absolument rien pour inciter les gens à menacer » Mme Whitmer, mais qu’il « s’amusait ».

« Le président doit se rendre compte que les mots d’un président des États-Unis ont du poids », a répondu sur ABC la cheffe des démocrates au Congrès, Nancy Pelosi.

« Injecter des tactiques d’intimidation au sein de notre dialogue politique, en particulier au sujet d’une femme gouverneure et de sa famille, est tellement irresponsable », a-t-elle déploré.

L’ancien vice-président a aussi dénoncé dimanche la gestion très critiquée de la pandémie par la Maison-Blanche, alors que selon lui « la situation empire » aux États-Unis, avec plus de 8 millions de cas positifs et près de 220 000 morts.

« Le président savait dès janvier combien le virus était dangereux et il l’a caché au pays », a-t-il lancé à Durham, après les révélations d’un journaliste selon lequel M. Trump avait été averti fin janvier du danger d’une pandémie.

Plus tôt, il avait fustigé dans un communiqué un président qui « continue à minimiser la COVID-19 ».

Donald Trump, qui a toujours été réticent à porter un masque, avait été hospitalisé trois nuits après avoir contracté le virus début octobre. Il a depuis repris sa campagne au pas de course, s’affirmant immunisé.

Dimanche, il a défendu son programme de tests généralisés. « Plus vous testez, plus vous détectez des cas positifs. Très simple! », a-t-il dit sur Twitter.

[Covid19] New York : un mariage à 10 000 invités interdit par les autorités

AFP

Les autorités ont interdit la tenue d’un mariage dans l’État de New York après avoir appris qu’il aurait pu rassembler plus de 10 000 invités, en violation des mesures de lutte contre le coronavirus, a annoncé samedi le gouverneur Andrew Cuomo. 

Les autorités ont interdit la tenue d’un mariage dans l’État de New York après avoir appris qu’il aurait pu rassembler plus de 10 000 invités, en violation des mesures de lutte contre le coronavirus, a annoncé samedi le gouverneur Andrew Cuomo. 

Selon Elizabeth Garvey, une conseillère de M. Cuomo, « plus de 10 000 personnes prévoyaient d’assister » à cette cérémonie.

« Écoutez, vous pouvez vous marier, mais vous ne pouvez pas inviter un millier de personnes à votre mariage. Vous obtenez les mêmes résultats à la fin de la journée. Et c’est moins cher aussi ! », a plaisanté le gouverneur.

Selon la presse locale, il s’agissait d’un mariage juif orthodoxe, une communauté qui a protesté récemment à New York contre les restrictions localisées mises en place pour lutter contre une nouvelle vague du coronavirus.

Les cas de coronavirus augmentent à nouveau à New York et dans sa banlieue, surtout dans des quartiers où les juifs orthodoxes sont nombreux, et certains d’entre eux accusent les autorités de stigmatisation.

Andrew Cuomo a ordonné la semaine dernière la fermeture d’entreprises non essentielles jusqu’à la fin du mois et limité la fréquentation des lieux de culte de ces quartiers à 10 personnes. Les écoles ont également fermé leurs portes. 

Le gouverneur a affirmé samedi que ces mesures donnaient déjà des résultats.

New York a été l’épicentre de la pandémie aux États-Unis au printemps avec plus de 23 800 morts dans la ville, avant de réussir à contrôler la situation au prix de sévères restrictions.

M. Cuomo a également annoncé la réouverture le 23 octobre des cinémas dans les zones où la positivité au virus est inférieure à 2%, avec une capacité maximale de 25%, soit 50 personnes par salle.